Vers une amende record pour la Formule 1 ?

Le Parlement européen a approuvé les demandes d'enquêtes formulées auprès de lui au sujet des pratiques anticoncurrentielles en cours en Formule 1.

C'est la députée européenne britannique Anneliese Dodds qui avait alerté il y a quelques mois la Direction générale de la concurrence de l'Union européenne, l'invitant à s'intéresser à la structure de la gouvernance de la Formule 1 et la distribution de ses revenus.

Des pratiques qui avaient déjà été mises en accusation il y a deux ans par les écuries Force India et Sauber, deux équipes qui avaient déjà déposé une plainte auprès de l'Union Européenne en 2015.

Lire aussi:

En janvier dernier, à l'occasion de la publication d'un rapport du parlement européen sur la concurrence, Anneliese Dodds a proposé un amendement pour "une enquête immédiate sur les problèmes de concurrence soulevés dans l'industrie de la Formule 1", amendement approuvé avec 467 voix pour, 156 contre et 86 abstentions. 

Liberty

"Je suis heureuse qu'aujourd'hui le Parlement européen ait soutenu mon appel pour une enquête immédiate et complète sur les pratiques anticoncurrentielles en Formule 1", a commenté Anneliese Dodds. "Il y a quelques semaines, Manor Racing est devenue la dernière équipe en date à faire faillite dans le sud-est de l'Angleterre, après l'échec des administrateurs pour trouver un investisseur."

"Les plus petites équipes sont injustement punies par une distribution anticoncurrentielle des revenus, qui donnera toujours plus d'argent aux plus grosses équipes, même si elles terminent dernières à chaque course. En Formule 1, les problèmes s'étendent bien au-delà de l'allocation des primes, avec de sérieuses préoccupations concernant un accord avec HM Revenue and Customs [département chargé de collecter les taxes au Royaume-Uni], qui a permis à la discipline de bénéficier d'un impôt à 2%."

Vettel un nouveau contrat chez Ferrari
 

La députée britannique a également soulevé le conflit d'intérêt concernant la FIA, dont l'accord était nécessaire pour la vente de la Formule 1 à Liberty Media alors qu'elle a dégagé un bénéfice financier lors de l'opération.

"Il y a également un conflit d'intérêt significatif avec la récente vente de la discipline à Liberty Media, après que le régulateur ait reçu 79,5 millions de dollars [74,7 millions d'euros] en autorisant la vente", souligne Dodds. "J'ai adressé un certain nombre de lettres à la Commission européenne pour demander une enquête complète, et je suis reconnaissante en voyant que le reste du Parlement européen a joint sa voix à cet appel."

"Nous devons nous assurer de ne pas perdre des emplois encore plus qualifiés dans ce secteur et permettre à un sport qui est aimé par 500 millions de fans de devenir moins anticoncurrentiel." 

À noter que ce rapport n'oblige pas la Direction générale de la concurrence de l'Union européenne à lancer une enquête, mais l'y incite fortement. De son côté, la Formule 1 risque une amende pouvant aller jusqu'à 10% de son chiffre d'affaires si elle était reconnue coupable d'abus de pouvoir.

Pour mémoire, le chiffre d'affaire de la Formule 1 s'élevait à un milliard de livres en 2016, soit 1,18 milliards d'euros. 

Abonnez-vous à la newsletter