L'industrie chimique s'intéresse au Defender.

Cela fait plus d'un an qu'il nous a quitté. Pourtant, le Land Rover Defender est encore dans toutes les têtes et certains n'en ont toujours pas fait le deuil. Ineos, un groupe spécialisé dans la chimie, n'aurait d'ailleurs pas tiré un trait définitif sur l'emblématique 4X4. La société suisse envisagerait en effet de lancer son propre véhicule, assez étroitement inspiré du Defender.

Lire aussi :

Certes, chimie et automobile ne sont pas deux domaines d'activités que l'on associe volontiers. Pourtant, Ineos semble plutôt sûr de son coup et annonce avoir mené une enquête de faisabilité longue de 6 mois. Pour le groupe suisse, un 4X4 spartiate reprenant l'esprit du Defender tout en se pliant aux normes d'homologation actuelles aurait tout à fait sa place sur le marché. 

Ce modèle pourrait entamer sa carrière à l'horizon 2020 (prix estimé à environ 60'000 euros). L'objectif serait d'atteindre une cadence de 15'000 à 20'000 unités par an, la production étant prévue au Royaume-Uni. Toutefois, le projet semble assez saugrenu et il n'est pas dit qu'il parvienne à son terme. D'ailleurs, certains analystes doutent de la viabilité d'un "Defender Ineos", le groupe suisse partant d'une feuille blanche en matière d'automobile. Mais Jim Ratcliffe, PDG d'Ineos et accessoirement grand fan du 4X4 anglais, semble malgré tout croire en ce projet, qui revient régulièrement sur le devant de la scène.

Lire aussi :

Aujourd'hui, Jaguar Land Rover protège avec véhémence l'héritage de son icône. Le canadien Bombardier en a fait l'amère expérience récemment, puisqu'il a été contraint d'abandonner l'appellation "Defender" qu'il avait initialement choisie pour l'un de ses véhicules. De plus, le groupe JLR envisagerait lui-même d'offrir une descendance au Defender, même si les détails concernant ce projet sont encore très rares.

Source : Automotive News, Financial Times

Lire aussi :