L'objectif étant de limiter les bouchons.

Déjà expérimentés dans les années 70, les feux rouges d’accès à l’autoroute refont surface. En effet, ce sont environ 100 bretelles d’autoroute les plus chargées en région parisienne puis à Bordeaux qui seront équipées de feux rouges à régulation automatique.

Comment ça marche ?

Ces feux rouges à régulation automatique seront disposés à l’entrée des autoroutes les plus chargées. À l’aide d’une armada de capteurs installés tous les 500 mètres environ, le système est capable de détecter un début de bouchon en calculant le débit du trafic (le nombre de véhicules qui circulent pendant un laps de temps donné). Lorsque le système détecte un début de congestion, il va alors passer les feux au rouge afin d’éviter l’effet entonnoir. Ces feux sont bien évidemment disposés à quelques mètres d’une entrée d’autoroute et ne s’actionnent qu’en cas de congestion.

Ces feux rouges ne retiennent les voitures que 30 secondes au maximum afin de ne pas créer un second encombrement comme le précise la Dirif (Direction des routes Île-de-France) : "Le dispositif est conçu pour que la file de véhicules sur la bretelle ne remonte pas sur la voirie locale : un capteur équipe la bretelle pour libérer les véhicules quand leur nombre devient trop important".

Est-ce efficace ?

Oui, si l’on croit les spécialistes et les premiers résultats recueillis dans la région lilloise. Le système ALINEA (Asservissement linéaire d’entrée sur autoroute) améliore la vitesse de circulation d’environ 22% et la distance parcourue de 5,0%. Autrement dit, en cas de début de bouchon et en actionnant les feux rouges pendant 40 secondes, le temps de parcours sur l’autoroute diminue d’environ 30%, ce qui n’est pas négligeable lors des heures de pointe.

L’intérêt de ce système est sa capacité à s’adapter au flux de circulation sans suivre un modèle préétabli. Des expériences ont été menées à Rosny-sous-Bois et ont montré premièrement que la quasi-totalité du temps, ces feux sont restés au vert sans créer de bouchon artificiel. Cependant le soir, lorsque le flux de circulation devenait dense, les feux passaient de temps à autre au rouge améliorant ainsi la distance parcourue de 10%.

La Dirif compte ainsi équiper 75 bretelles dans la région parisienne d’ici 2018.

 

Lire aussi :

 

 

 

Abonnez-vous à la newsletter