Le constructeur espagnol et Aqualia ont imaginé un carburant à base d'eaux usées.

Serait-ce une de ces solutions alternatives en attendant la démocratisation des voitures électriques ou à hydrogène ? SEAT et Aqualia, entreprise de services des eaux, ont annoncé un partenariat portant sur la production d'un bio-carburant à partir des eaux usées. L'idée est de récupérer les boues dans les eaux usées et d'en utiliser la fermentation pour produire du bio-méthane.

En soi, le système est assez simple : dans les stations de traitement, un processus de décantation physique sépare, dans des citernes, l'eau des boues. Vient ensuite le processus de production du carburant. Ces boues sont transformées en gaz suite à un traitement de fermentation. Après un processus de purification et d'enrichissement, le biogaz est prêt à être utilisé comme carburant !

Lire aussi:

Selon les deux entreprises, ce carburant permet de réduire de 80% les émissions de C02, ce qui pourrait améliorer les conditions de circulation dans Paris ou Madrid, où les restrictions durant les épisodes de pollution sont sévères.

Seat Aqualia

Les deux entreprises vantent également les mérites de cette idée. Ainsi, la production de carburant via les eaux usées de 50'000 habitants pendant un an permettrait à une voiture de parcourir 5 millions de kilomètres. Le procédé, via un traitement dans une usine moyenne, permettrait à 150 voitures de parcourir près de 100 km par jour. Il faut dire que, rien qu'en Espagne, le traitement des eaux représente près d'1,5 million de piscines olympiques par an.

Reste à savoir dans quelle mesure cette idée peut s'appliquer industriellement, et avoir une suite en grande série prochainement.

Lire aussi: