Pour la PDG, Renault-Nissan est devant Volkswagen.

L'année 2017 a-t-elle vu l'avènement d'un nouveau numéro un mondial chez les constructeurs automobiles ? Une chose est sûre, c'est que la guerre des chiffres est engagée ! Et c'est Carlos Ghosn qui a tiré le premier lors d'une audition ce mercredi 17 janvier devant la commission des Finances et la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale. 

Lire aussi:

"L'alliance, avec plus de 10,6 millions de véhicules particuliers et utilitaires légers vendus en 2017, est le premier groupe automobile mondial" a annoncé le grand patron de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Alors certes, c'est moins que le chiffre avancé par ce dernier pour le groupe Volkswagen, 10,74 millions, mais qui comprendrait quelques 200'000 poids lourds. "En général ceux-ci ne rentrent pas dans nos statistiques" a continué Carlos Ghosn, concluant par:  "Donc il n'y a plus de discussion possible".

Sur le papier, les faits sont là. L'Alliance est effectivement devant en matière d'automobiles, notamment grâce l'arrivée de Mitsubishi dans le giron de Nissan qui pèse pour près d'un million de véhicules l'an dernier. En revanche, depuis toujours, les statistiques et chiffres de ventes prennent en compte les poids-lourds, à l'image de Toyota, N°1 mondial avant le groupe Volkswagen, qui incluait lui aussi ses chiffres de la marque Hino, ses poids-lourds, dans les ventes.

Alors raccourci oratoire de la part de Carlos Ghosn ? Sans doute un peu, même s'il ne faut pas oublier les ventes de Renault, dont les chiffres ont été publiés ces derniers jours, sont en hausse : 3,76 millions de voitures au Losange ont été écoulées dans le monde, un chiffre en hausse de 8,5% par rapport à 2016.