Le manufacturier de pneumatiques a dévoilé des chiffres pour le moins flatteurs en Suisse.

L'entreprise italienne a profité du Salon de Genève 2018 pour présenter son dernier bilan. Et le moins que l'on puisse dire est qu'il est plutôt flatteur pour Pirelli, qui travaille depuis près de 60 ans avec en tête l'objectif d'en arriver là.

Retour dans les années 1950 : Pirelli développe alors le programme "Perfect fit", afin de pouvoir proposer un pneumatique conçu spécifiquement pour la voiture. Six décennies plus tard, les résultats sont là : à Genève, 60% des modèles de prestige, les supercars, reposent sur des pneus Pirelli, selon les chiffres avancés par le manufacturier lui-même.

Pneus Pirelli

Les P Zero sont ainsi légion, au coeur d'un marché pourtant très concurrentiel. Seulement voilà, Pirelli est parvenu à s'imposer en signant quelques contrats d'approvisionnement ultra-bénéfiques, comme avec Lamborghini ou McLaren.

Si l'on élargit le spectre, les chiffres demeurent impressionnants : 25% du marché premium est occupé par la firme transalpine, qui a ici aussi procédé de la même manière : différents contrats ont été signés puis consolidés au fil du temps avec des constructeurs de renommée mondiale. Mercedes, Audi ou Alfa Romeo en sont des exemples-types, et rien ne semble indiquer à ce jour que la courbe de croissance pourrait s'arrêter en si bon chemin.

Pour rappel, le P Zero de Pirelli s'illustre également en sport automobile. Il est l'une des stars de la discipline reine, la Formule 1, au service de laquelle il va entamer sa huitième saison consécutive en tant que pneumatique exclusif.

Lire aussi: