Le sujet serait revenu sur la table avec l'arrivée du nouveau PDG, Herbert Diess.

Le groupe Volkswagen a récemment changé de PDG. En effet, Matthias Müller a été remplacé il y a environ trois semaines par Herbert Diess, qui vient d'ailleurs tout juste de tenir sa première assemblée générale. Suite à cela, il a annoncé à ses actionnaires de nouvelles perspectives durables pour ses "actifs non stratégiques". Herbert Diess serait même prêt à trancher dans le vif et à écarter certaines marques du groupe Volkswagen qui compte, pour rappel, douze entités parmi lesquelles Audi, Porsche, SEAT, etc.

Lire aussi :

Si scission il y avait, trois marques ressortent du lot : le constructeur de moto italienne Ducati, le fabricant de transmission Renk et enfin MAN Diesel & Turbo, expert en fabrication de moteurs diesel plus ou moins imposants destinés aux bateaux par exemple. Pour Ducati, son rachat en 2012 était avant tout une envie de Ferdinand Piëch, fan inconditionnel de moto, qui avait acheté le constructeur italien pour son 75ème anniversaire comme l'évoque souvent la presse d'outre-Rhin. Le groupe Volkswagen avait déjà cherché à vendre Ducati en 2017, mais le conseil de surveillance s'était opposé à cette décision. Concernant Renk, la marque n'est plus vraiment à sa place dans le groupe d'autant plus que Volkswagen sous-traite la fabrication de ses transmissions. Quant à MAN Diesel & Turbo, ses activités seraient trop éloignées de l'automobile.

Lire aussi :

Outre le fait que le groupe Volkswagen souhaite faire rentrer des liquidités, il doit également conjuguer avec une nouvelle organisation qui a pour but de simplifier la structure et de gagner encore en efficacité. Les marques sont ainsi regroupées en trois pôles bien distincts : Volume, Premium et Super Premium. Les possibles scissions évoquées ci-dessus pourraient aussi être le résultat de cette réorganisation qui laisse visiblement peu de place aux marques trop éloignées des activités automobiles du groupe.

Source : Les Echos