Il vous faudra pour cela débourser entre 180'000 et 250'000€…

Inaugurée en 2014, la Formule E, la série monoplace 100% électrique, a connu un essor exceptionnel depuis, en suscitant l'engouement des constructeurs pour qui l'apparition de cette nouvelle discipline coïncidait avec le tournant électrique opéré par nombre d'entre eux, notamment après l'affaire du Dieselgate ayant plombé le groupe Volkswagen à l'automne 2015. Ainsi, aujourd'hui, Audi, Jaguar, Nissan, DS ou encore BMW sont des équipes d'ores et déjà installées, et d'autres grands noms de l'automobile, comme Mercedes, préparent leur arrivée.

Lire aussi:

Après quatre premières saisons concluantes, le championnat s'apprête à faire peau neuve en alignant une toute nouvelle génération de monoplace une nouvelle fois produites par Spark Racing Technologies. Principales nouveautés : un kit aérodynamique totalement revu, une batterie qui doit désormais tenir toute la durée d'une course (chaque pilote changeait de voiture à mi-distance jusqu'ici), ou encore une puissance montée à 250KW (approximativement 335 chevaux).

Avec dix équipes alignées chaque saison, et en comptant quatre monoplaces par équipe (deux par pilote), ce sont donc pas moins de quarante voitures qui deviennent désormais obsolètes. Certaines demeureront la possession des équipes, mais d'autres seront à vendre moyennant un tarif estimé entre 200'000$ et 290'000$ (soit entre 180'000€ et 250'000€). Pour informations, ces monoplaces

Formule E GP de Hong Kong 2017

Les collectionneurs devraient ainsi ne pas tarder à mettre la main à la poche, mais les "anciennes" monoplaces de Formule E pourraient également reprendre la piste dans un contexte différent. À condition qu'elles soient homologuées, on imagine notamment l'efficacité de ces machines sur des épreuves courtes avec des relances appuyées, comme des courses de côtes, où ont déjà trouvé refuge les anciennes monoplaces de type Formule Renault, Formule 3 ou même Formule 3000, notamment.

Les personnes qui souhaitent faire une telle acquisition peuvent ainsi se rapprocher des organisateurs du championnat de Formule E, via leur site internet.

L'an passé, c'est le Français Jean-Eric Vergne, au volant d'une monoplace propulsée par un bloc Renault et gérée par l'équipe chinoise Techeetah, qui est devenu champion de la discipline au nez et à la barbe des équipes d'usine.

La saison 2018-2019 s'ouvrira le 15 décembre prochain à Riyadh, une première venue en Arabie Saoudite pour la Formule E, et se conclura les 13 et 14 juillet dans les rues de New York, après des escales à Marrakech, Mexico, Hong Kong, Sanya (Chine), Rome, Paris, Monaco, Berlin et Zürich.

Intéressé(e)s ?

Gallery: Formule E Grand Prix de Hong Kong 2017