La Hongrie attire de plus en plus les acteurs de l'automobile.

Au mois de juillet dernier, BMW a annoncé son intention d'investir massivement en Europe afin d'y bâtir de nouvelles structures. Cela débutera dès 2019 avec la construction d'une nouvelle usine en Hongrie qui devrait coûter à la marque environ un milliard d'euros. Celle-ci permettra de produire à terme environ 150'000 voitures par an. Celle nouvelle usine, située du côté de Debrecen, non loin de la frontière avec la Roumanie, devrait permettre de créer environ un millier d'emplois dans la région. L'autre avantage pour BMW, c'est également la proximité de la ville avec d'autres infrastructures, certains fournisseurs et un réseau déjà bien implanté.

Lire aussi :

Mais ce que l'on sait un peu moins, c'est que la Hongrie fait aussi les yeux doux aux entreprises, notamment depuis le mois d'avril 2017 où le gouvernement a annoncé une baisse de son impôt sur les sociétés. Celui-ci est passé à seulement 9 %, ce qui en fait l'un des plus faibles d'Europe. Les entreprises bénéficieront d'un autre avantage : le faible coût de la main-d'œuvre. Pour encore inciter BMW à investir en Hongrie, le gouvernement pourrait accorder à l'entreprise allemande un avantage fiscal à hauteur de 35 millions de dollars pour la construction de l'usine.

La première usine hongroise de BMW servira à produire des voitures thermiques bien évidemment, mais aussi des modèles électrifiés. À partir de 2023, l'usine de Debrecen pourrait notamment accueillir la prochaine BMW Série 5 Touring actuellement produite en Autriche, du côté de Graz. Rappelons que BMW n'est pas le seul constructeur à être intéressé par les avantages de la Hongrie puisque Volkswagen, Suzuki ou encore Daimler produisent d'ores et déjà quelques-uns de leurs modèles là bas.