La plus exclusive d'entre elles pourrait partir pour 22 millions d'euros. Ou même plus, qui sait.

Chaque année, Artcurial profite du salon Rétromobile pour organiser une vente aux enchères en général bien fournie en matière de voitures exceptionnelles. En 2019, la maison parisienne poursuivra cette tradition et proposera à nouveau des automobiles historiques et souvent rares. Voici quelques-uns des spécimens les plus remarquables, que nous sommes allés voir dans un hangar de l'aéroport de Paris Orly.

Vente Artcurial - Rétromobile 2019

The Grey Collection : une couleur, quatre voitures d'exception

Une Ferrari 275 GTC, une Ferrari 250 Lusso, une Aston Martin DB4 Série V et une Ferrari 512 TR, voici les quatre voitures constituant la Grey Collection. Toutes sont grises, et toutes appartiennent à la même personne, un homme d'affaires parisien. La plus exclusive est la 275 GTC de 1966, destinée à l'époque à l'un des amis personnels d'Enzo Ferrari, et aujourd'hui estimée entre 2,3 et 2,6 millions d'euros. La 250 Lusso de la même année, qui a été entièrement restaurée par la carrosserie Lecoq, devrait coûter entre 1 et 1,3 million d'euros. L'Aston Martin DB4 Série V de 1962 vaut, d'après les experts d'Artcurial, entre 900'000 et 1,1 million d'euros. Enfin, la 512 TR de 1992 est estimée entre 120'000 et 150'000 euros.

Vente Artcurial - Rétromobile 2019
Vente Artcurial - Rétromobile 2019
Vente Artcurial - Rétromobile 2019
Vente Artcurial - Rétromobile 2019

Serenissima à l'honneur

Pour cette vente, Artcurial est aussi parvenu à dénicher des autos complètement méconnues, à l'image de la spectaculaire Serenissima Spyder par Fantuzzi de 1966. Cette voiture de course italienne créée sous la houlette du comte Volpi prit le départ des 24h du Mans en 1966. Elle devrait partir pour une somme comprise entre entre 1,3 et 1,8 millions.

La Spyder par Fantuzzi sera proposée aux côtés de deux autres Serenissima plus "GT" dans l'âme, l'Agena de 1967 et la Ghia GT de 1968. Estimation : entre 400'000 et 600'000 euros dans les deux cas. Une somme presque dérisoire par rapport à celle qu'il faudra sans doute débourser pour la Maserati A6CGS par Fantuzzi de 1953, qui fut essayée par Juan Manuel Fangio en personne. La jolie barquette italienne est en effet estimée entre 3,75 et 4,5 millions !

Vente Artcurial - Rétromobile 2019
Vente Artcurial - Rétromobile 2019

Une star à 22 millions d'euros ?

Les avant-guerre seront représentées par divers modèles de prestige, de l'Hispano-Suiza H6B Cabriolet Sport Double-Phaëton par Million-Guiet de 1926 (entre 450'000 et 550'000 euros) à la Bugatti 57C Cabriolet par Gangloff de 1938 (entre 800'000 et 1,2 million d'euros), en passant la Bugatti 51 Grand Prix de 1931 (entre 4 et 5 millions d'euros).

Vente Artcurial - Rétromobile 2019
Vente Artcurial - Rétromobile 2019
Vente Artcurial - Rétromobile 2019

Mais la plus remarquable d'entre elles sera sans conteste l'Alfa Romeo 8C 2900B Touring Berlinetta de 1939, qui s'octroie d'ailleurs le titre de grande star de la vente toutes époques confondues. Alors qu'une 8C est déjà en soi une voiture rare (moins de cinquante unités), cette version l'est encore plus puisqu'il s'agit d'un des cinq exemplaires carrossés par Touring. À la beauté de ses lignes s'ajoute la noblesse de sa mécanique à huit cylindres en ligne. Un cocktail irrésistible donc, qui vaudra son pesant d'or : entre 16 et 22 millions d'euros d'après les estimations !

Vente Artcurial - Rétromobile 2019
Vente Artcurial - Rétromobile 2019

Artcurial proposera ces voitures le 8 février, puis vendra le lendemain une série de motos anciennes. Enfin, la maison de ventes clôturera son Rétromobile le dimanche 10 février avec deux dernières ventes, l'une dédiée aux objets en lien avec l'automobile et l'autre consacrée à une importante collection de casques de pilotes de Formule 1.

 

Galerie: Vente Artcurial - Rétromobile 2019