Une comparution publique demandée par Carlos Ghosn lui-même.

Comprendre les raisons de sa détention depuis le 19 novembre 2018. Voilà la motivation de Carlos Ghosn et de ses avocats à demander une audience le 8 janvier prochain. Une comparution publique qui obligera le procureur à exposer ses motivations à garder le PDG de Renault en prison.

Pour rappel, la garde à vue de Carlos Ghosn a été prolongée le 31 décembre de 11 jours, soit jusqu'au 11 janvier 2019. Mais grâce à une disposition spéciale contenue dans le droit japonais, plus précisément l'article 34 de la Constitution japonaise, Celle-ci précise qu'une personne détenue peut exiger une séance publique au tribunal afin que lui soi(en)t exposé(s) le (ou les) motif(s) exact(s) de sa détention. Ce qui, même plus d'un mois et demi après le début de sa détention, n'a toujours pas été fait. 

L'occasion pour Carlos Ghosn, qui sera accompagné de l'un de ses avocats, de pouvoir prendre la parole pour la première fois depuis le début de sa détention. Et pour les avocats, qui n'ont pas le droit d'assister aux interrogatoires ni n'ont accès au dossier, de préciser les termes de la détention pour mieux préparer la défense.

Soupçonné d'avoir pioché dans les caisses de Nissan via une filiale et détourné de l'argent, Carlos Ghosn sera entendu le 8 janvier 2019 à 10h30 heure locale, soit 2h30 du matin en France.

La chronologie de l'affaire Carlos Ghosn :