De la Renault 20 des frères Marreau à la Peugeot 3008 DKR de Carlos Sainz...

Alors que l'édition 2019 du rallye Dakar s'est élancée lundi de Lima, la capitale du Pérou, voici le top 10 des voitures ayant marqué une épreuve vieille de 40 ans.

Lancé en 1979 par le regretté Thierry Sabine – décédé en 1986 lors d'un accident d'hélicoptère -, le Paris-Dakar, plus connu sous l'appellation simple "Dakar" aujourd'hui a écrit parmi les plus belles pages du sport automobile.

Si elle ne manque pas de détracteurs, l'épreuve a fait rêver plusieurs générations de passionnés, et fait toujours rêver les amateurs d'aventure, de paysages somptueux, d'Afrique à l'origine, puis d'Amérique du Sud depuis la fin des années 2000.

Si l'on retient les histoires d'hommes, certaines voitures sont devenues emblématiques pour les afficionados du Dakar. Voici les dix que nous retiendrons.

Renault 20 turbo

En 1979 et 1980, les inénarrables frères Marreau avaient déjà marqué les esprits au volant de leur vénérable R4 4x4 avec laquelle ils s'étaient permis d'aller chatouiller les ténors de la discipline. En 1981, les Franciliens affichaient des ambitions plus élevées en passant à la Renault 20 turbo, et ils étaient effectivement en passe de l'emporter lorsqu'une chute dans un trou lors des derniers jours de course ne ruine la pompe à huile et ne les contraignent à l'abandon.

Renault 20 turbo 1982

Revanche l'année suivante où Claude et Bernard Marreau confirmaient leur statut de favori en décrochant la victoire sur leur R20 à moteur 1.6 litre turbo et développant 133 chevaux, lors de cette édition qui ralliait Paris à Dakar en passant par l'Algérie, le Mali et le Niger.

 

Mercedes-Benz 280 G

Après avoir lancé le Mercedes Classe G à la fin des années 70, Mercedes a voulu faire la démonstration de sa robustesse en l'engageant sur le Paris-Dakar. Quatre exemplaires sont ainsi au départ lors de l'édition 1982 avec de solides ambitions, mais le constructeur allemand, encore peu habitué à l'épreuve, allait se faire damer le pion par la Renault 20 des frères Marreau (voir ci-dessus). 

Mercedes-Benz 280 GE Paris-Dakar 1983

L'année suivante fut celle de la revanche pour le constructeur de Stuttgart. Après avoir terminé cinquième l'année précédente, déjà avec la structure allemande, l'ancien pilote de F1 Jacky Ickx remportait la victoire associé à l'acteur Claude Brasseur, alors que quatre 280 GE terminaient dans le top 8.

Porsche 959

Après le succès de Mercedes, ce fut au tour de Porsche de tenter l'aventure. Trois exemplaires de la 959 furent alors spécialement conçus et développés pour le parcours de l'édition 1985, dans le but d'éprouver les pièces étant utilisés pour les versions route. Les trois 959 étaient équipées d'un moteur atmosphérique 3.2 litres Carrera largement dérivé de l'unité de série, et développant pas moins de 400 chevaux : un monstre par rapport à la concurrence. Pourtant, aucune des trois Porsche n'allaient rallier l'arrivée. La #186, celle de Metge et Lemoine, devant renoncer suite à un problème mécanique, les deux autres étant impliquées dans divers accidents.

Porsche 959 Paris-Dakar

Porsche allait prendre sa revanche l'année suivante, Metge et Lemoyne emmenant un doublé de la marque allemande devant leurs équipiers Jacky Ickx associé à l'acteur Claude Brasseur, vainqueurs trois ans plus tôt avec Mercedes.

Peugeot 205 Turbo 16

Développées pour le championnat du monde des rallyes, où elles allaient décrocher deux titres mondiaux en 1985 et 1986 avec les Finlandais Timo Salonen et Juha Kankkunen, les 205 Turbo 16 allaient être contraintes de se trouver un autre terrain de jeu suite à l'arrêt de la réglementation Groupe B, en raison de trop nombreux accidents. Dès lors, la firme au Lion se tournait vers les pistes du Dakar, où ses voitures étaient tolérées. 

L'arrivée de Peugeot sur le Paris-Dakar ouvrait une nouvelle ère de l'épreuve, en raison des performances de ses voitures et son organisation quasi-militaire orchestrée par Jean Todt (futur directeur de Ferrari F1, puis Président de la Fédération Internationale de l'Automobile), sonnant le glas des chances de victoires des pilotes amateurs.

Peugeot 208 turbo 16 Dakar 1987

Fort logiquement, Peugeot s'imposait dès sa première participation, Ari Vatanen et son navigateur, le journaliste Bernard Giroux, terminant largement en tête à Dakar. Bis repetita en 1988 avec le succès de Juha Kankkunen (associé à Juha Piironen), deux ans après son titre en rallye avec le constructeur français. A partir de l'année suivante, les 205 T16 allaient être remplacées par les 405 T16, qui allaient remporter encore les éditions 1989 et 1990 aux mains du fidèle Ari Vatanen.

Citroën ZX Rallye-raid

Au jeu de la stratégie de groupe, Peugeot allait céder sa place à Citroën sur le Paris-Dakar, et PSA allait poursuivre sa mainmise sur les pistes africaines. Le prototype ZX Rallye-Raid allait ainsi être développé pour la catégorie T3 avec un moteur XU15 de 2.5 litres, et le fidèle Ari Vatanen allait remporter une nouvelle (et dernière) victoire en 1991.

Citroën ZX Rally Raid 1993–97

Éclipsée durant deux éditions (1992 et 1993) par les Mitsubishi Pajero d'Hubert Auriol (lors du seul Paris-Le Cap de l'histoire), puis Bruno Saby, la Citroën ZX allait faire main basse sur les trois éditions suivantes, de 1994 à 1996, avec Pierre Lartigue. 

Mitsubishi Pajero

Citroën ayant fait à son tour ses valises à l'issue de l'édition 1996, Mitsubishi allait se retrouver esseulé, et les Pajero allait entamer une longue période de domination durant les années 2000, juste contrariée durant deux années par un amateur obstiné (voir plus loin). De 1997 à 2007 - dernière édition du Dakar disputée en Afrique -, les Pajero allaient remporter neuf victoires : trois pour Stéphane Peterhansel, deux pour Hiroki Masuoka, ainsi qu'un succès chacun pour Kenjiro Shinozuka, Jean-Pierre Fontenay, Jutta Kleinschmidt (la seule femme à ce jour à avoir inscrit son nom au palmarès), et l'ancien skieur Luc Alphand.

Mitsubishi Pajero Montero Dakar 2002

La rupture du Dakar avec l'Afrique coïncidait avec l'arrêt du programme Mitsubishi, qui ne poserait pas les roues sur les nouvelles pistes de l'épreuve, en Amérique du Sud, à partir de 2009.

Schlesser-Renault

Face aux armadas des constructeurs, un pilote amateur allait faire de la résistance durant de longues années. Ancien champion du monde d'endurance, Jean-Louis Schlesser a également pris part à un Grand Prix de F1 (en Italie en 1988), mais c'est dans le domaine du rallye-raid qu'il allait laisser une empreinte encore plus marquée.

Schlesser conçut ses buggys à partir d'un châssis tubulaires, qu'il équipât, au gré des années, de moteur Renault (photo) ou Ford, s'imposant face au géant Mitsubishi en 1999 et 2000, et manquant de peu le hat-trick en 2001.

Dernier pilote amateur à avoir remporté l'épreuve, Schlesser fait partie des fondateurs d'un nouveau rallye raid lancé dès 2009, l'Africa Eco Race, sur le parcours africain délaissé par le Dakar, et couru lors de la même période. Vous avez dit dissident ?

Buggy Schlesser Renault 2000

Volkswagen Race Touareg 2

Nouveaux horizons, nouvelle hiérarchie ! Bye bye l'Afrique, délaissée en raison de la menace croissante du terrorisme (l'édition 2008 avait même été annulée la veille du départ !), et bonjour l'Amérique du Sud. Après avoir tâté le terrain en Afrique depuis 2005, et manqué de peu la victoire en 2007, les monstrueux Volkswagen Touareg voyaient un boulevard s'ouvrir devant eux et signaient de leur cachet ce nouveau chapitre du Dakar.

Volkswagen Race Touareg '2004–05

Pilote développeur du premier jour, Giniel De Villiers remportait la première édition américaine en 2009, imité en 2010 et 2011 par ses équipiers Carlos Sainz et Nasser Al-Attiyah, avant que Volkswagen ne suive l'exemple de ses prédécesseurs et ne se retire à l'issue de cet ultime succès.

MINI Countryman All4 Racing

L'équipe X-Raid compte des liens très forts avec le groupe BMW, la famille de Sven Quandt, son directeur, faisant partie des actionnaires principaux du constructeur allemand. Ainsi, après avoir aligné des BMW X3 semi-privés en rallye-raid, et notamment sur le Dakar - où ces derniers opposèrent une belle résistance aux VW Touareg -, X-Raid était en charge du nouveau projet semi-officiel de BMW, à savoir lancer la nouvelle MINI Countryman sur le Dakar. 

MINI All4 Countryman Dakar 2018

Certes privés d'une réelle concurrence, les MINI 4x4 allaient aligner quatre victoires de rang, avec les succès de Peterhansel en 2012 et 2013, Al-Attiyah en 2014, puis Nani Roma en 2015. Aujourd'hui, Sven Quandt est toujours fidèle au Dakar, et son équipe fait à nouveau partie des favorites depuis le départ de Peugeot (voir ci-après), X-Raid ayant par ailleurs choisi de ne plus mettre ses oeufs dans le même panier puisque, aux côtés des MINI 4x4 sont désormais alignés des buggys made in X-Raid.

Peugeot 2008 DKR

L'image des 205 Turbo 16 puis les 405 Turbo 16 dans les dunes de Mauritanie avait fait rêver toute une génération dans les années 80, et le retour du Lion sur le Dakar ne manquait pas de ravir les amateurs de l'épreuve, d'autant qu'il s'accompagnait des débuts de Sébastien Loeb dans la discipline, en 2016. Si les débuts des prototypes 2008 DKR en 2015 s'étaient montrés plutôt discrets, pour ne pas dire décevants, Peugeot revenait plus fort que jamais l'année suivante, et renouait avec le succès sur l'édition 2016, avec l'incontournable Stéphane Peterhansel.

Peugeot 3008 DKR '2017

L'année suivante, Peugeot revenait encore plus affûté, cette fois avec le prototype 3008 DKR, alors que Peterhansel raflait un nouveau succès (il est de loin le recordman des victoires sur le Dakar avec 13 succès, six en motos et sept en auto, à ce jour). En 2018, une évolution 3008 DKR Maxi prenait le relais, et le constructeur français remportait une ultime victoire avec Carlos Sainz, avant de tirer sa révérence.

En 2019, Toyota compte bien remporter enfin la victoire sur le Dakar après de nombreuses tentatives infructueuses, mais l'équipe X-Raid semble également bien préparée, et compte bien disputer la victoire au géant japonais, alors que Sébastien Loeb tente l'expérience sur une Peugeot 2008 DKR privée.