Ainsi que le pourcentage de commission.

La société américaine de transport Uber, spécialisée dans les flottes de voitures avec chauffeur, a dévoilé le salaire moyen de ses chauffeurs établis en France. On apprend dans ces chiffres inédits communiqués par la société EureCab qui est une application de comparateur de prix pour les taxis et VTC, qu'il y a 28'000 chauffeurs Uber dans l'Hexagone.

Ceux-ci perçoivent un salaire médian de 1617 euros par mois pour une base de 45 heures de connexion par semaine, soit un salaire horaire de 9,15 euros. Uber a également expliqué que le chiffre d'affaires horaire médian se monte à 24,81 euros, duquel il faut retirer pour le chauffeur la commission de la plateforme, qui s'élève à un quart du prix, les frais de service, la TVA et les cotisations sociales, puisqu'ils sont très souvent auto-entrepreneurs. 

Ce salaire médian, tout comme le chiffre d'affaires médian, pose évidemment le problème de connaître jusqu'où baissent ces salaires et jusqu'où ils peuvent monter, puisqu'il s'agit là de la valeur du salaire au centre du barème des revenus. Si l'on s'en tient aux deux chiffres, les chauffeurs Uber touchent donc 38 % du chiffre d'affaires qu'ils génèrent. Mais si c'est bel et bien le cas, on peut se poser la question de ce que touchent certains chauffeurs qui ne travailleraient que 35 ou 40 heures par semaine, et jusqu'à combien peuvent descendre les revenus de ces conducteurs.

La firme américaine assure que cette publication de chiffres est faite pour le bien public : "Cela marque une forte volonté de transparence, une nouvelle phase de maturité dans la relation aux chauffeurs et une contribution au débat public sur le travail des indépendants", a-t-elle précisé dans un communiqué, alors que l'intégralité de ses chauffeurs pourrait voir une requalification de leur contrat après un jugement qui a déterminé qu'un contrat de travail liait l'entreprise à ses travailleurs, mais cette décision fait l'objet d'un pourvoi en cassation.