La réponse nous est donnée par Tetsuya Tada, l'ingénieur en Chef de la Supra.

D'ici la semaine prochaine, nous prendrons en main pour la première fois la nouvelle Toyota Supra. Une date cochée depuis déjà quelques semaines sur notre calendrier rédactionnel tant cette voiture est attendue. Nous vous ferons grâce de toute l'histoire de la Supra, de ses aînées et de ses performances, aujourd'hui nous nous intéressons aux propos de Tetsuya Teda, recueillis par nos confères de chez Jalopnik, qui ont pu s'entretenir longuement avec lui. Tetsuya Teda est en quelque sorte le papa de la Toyota Supra, puisqu'il s'agit de son ingénieur en Chef. C'est toujours intéressant de s'entretenir avec ceux qui ont réellement développé le produit, en partant d'une feuille blanche, puisqu'ils ont généralement de nombreuses anecdotes, plus ou moins intéressantes, de la genèse du projet jusqu'à son aboutissement.

Le plus important aux yeux de Tetsuya Teda, c'est de bien comprendre que "la Toyota Supra n'est pas une BMW en pièces détachées". Effectivement, les ingénieurs de la marque ont eux même fait une analyse précise et minutieuse du châssis et du moteur emprunté à la marque allemande. "Toyota et BMW travaillaient en étroite collaboration sur les premières étapes du développement de la Supra et de son jumeau Z4, mais nous avions des objectifs similaires. BMW voulait faire du Z4 une voiture de sport plus athlétique par rapport à la précédente génération. Le nouveau Z4 est aussi plus aérodynamique, plus large et avec un empattement plus court", précise Tetsuya Teda.

Toyota Supra 2020
Toyota Supra 2020

Ce dernier a aussi déclaré que Toyota avait également beaucoup eu à faire concernant le développement des bases de la Supra et parallèlement du Z4. Plus tard, les deux constructeurs se sont séparés chacun de leur côté pour affiner leurs propres réglages, y compris la suspension et la direction, de sorte que, quand les membres de chez Toyota ont eu la chance de conduire les deux voitures, ils disaient avoir fini par ressentir une réellement différence. "BMW a fait ses réglages spécifiquement pour une voiture découvrable", a déclaré Tetsuya Tada. "Toyota était parti sur un coupé. Nous avions donc une divergence à ce niveau. BMW a d'ailleurs admis que l'ancien Z4 n'était pas vraiment une voiture de sport."

"Il ne s'agissait pas tant de réduire les coûts", poursuit-il. Du moins pas tout à fait, bien que cela soit arrivé. "La Supra devait avoir un six cylindres en ligne. BMW a un bon six cylindres en ligne. Il aurait fallu des années à Toyota pour développer un tel moteur. Faire de la nouvelle Supra un projet exclusivement Toyota aurait fait reculer le développement de deux ou trois ans et la voiture aurait peut-être coûté plus de 100'000 dollars. C'était inenvisageable pour la marque". Bien que la voiture soit disponible à partir de 65'900 euros en France, le prix reste relativement raisonnable. Surtout que celui-ci devrait diminuer avec l'arrivée de versions moins exclusives que celles proposées en premier lieu.

"Rendre la Supra aussi chère reviendrait à tuer dans l'œuf le projet", a-t-il déclaré. Pour lui, la Supra doit être quelque chose que les "gens normaux" pourraient éventuellement se permettre d'acheter. "C'est pourquoi elle n'utilise pas de matériaux 'exotiques' comme la fibre de carbone", précise l'ingénieur en Chef. Concernant l'hybridation, Tetsuya Tada avoue avoir beaucoup réfléchi mais le poids des batteries et son coût allait la rendre inaccessible.

Enfin, quand nos confrères de chez Jalopnik lui ont demandé de quoi était-il le plus fier, il aurait répondu de manière enthousiaste : "le son du moteur. Pas seulement quand vous êtes sur la phase d'accélération, mais aussi quand vous partez sur un léger filet de gaz. Les réglementations sonores sont très strictes de nos jours. Une génération avant, il y avait beaucoup de voitures qui avaient une très jolie sonorité. Mais au sein des nouvelles Porsche et ainsi de suite, ces nouvelles réglementations restreignent tout le monde... en Europe et en Amérique. Chaque année, tout devient plus strict", déclare-t-il. "Être capable de créer une vraie sonorité sur la Supra", a-t-il déclaré, "c'est presque un miracle. Cela pourrait même ne pas être possible sur les futures voitures de série."

Une interview intéressante qui nous laisse donc présager que du bon pour notre prochain essai de la sportive japonaise. Nous avions déjà pu prendre en main un prototype, l'occasion d'y jeter un œil avant notre avis définitif que nous vous livrerons en vidéo dès la semaine prochaine.

Source : Jalopnik

'

Galerie: Toyota Supra (2019)