Le constructeur anglais veut devenir l'égal de Porsche.

Maintenant qu'il appartient au groupe chinois Geely, le constructeur Lotus dispose de ressources financières lui permettant de se montrer plus ambitieux. Ainsi, les projets ne manquent pas dans les bureaux d'Hethel, où l'on prépare déjà une nouvelle hypercar électrique pour le moment nommée Type 130. À côté de ce modèle dont la production sera certainement limitée, la firme fondée par Colin Chapman entend bien mettre au point d'autres véhicules plus classiques, plus largement diffusés et donc plus rémunérateurs.

Dans un entretien accordé à des journalistes anglais, Feng Qingfeng, le PDG du groupe Lotus, a évoqué la stratégie mise en place. Il a expliqué que Lotus se positionnerait désormais comme une marque novatrice, à la pointe de la technologie. Beaucoup de choses sont sur la table, y compris la conduite autonome et une électrification ne se limitant pas à la Type 130. Dans certains cas, les avancées réalisées seront partagées avec d'autres marques du groupe Geely, qui pourront également bénéficier du savoir-faire Lotus en matière d'expertise technique.

Feng Qingfeng a également réaffirmé que Lotus souhaitait désormais se poser en rival direct de Porsche. Pour cela, la gamme sera à terme diversifiée et pourrait accueillir un SUV (évoqué de longue date mais pas encore confirmé), une GT ou peut-être même une berline. Phil Popham, le PDG de Lotus Sports Car, a déclaré durant une conférence qu'aucune porte n'était fermée, tant que l'ADN de Lotus était respecté. En parallèle, les modèles à vocation sportive continueront d'occuper une place prépondérante. Un nouveau doit d'ailleurs être lancé dès l'année prochaine. Enfin, si le nouveau Lotus attend beaucoup du marché chinois, Phil Popham a promis que l'Europe et les États-Unis ne seraient pas oubliés pour autant.

Source : Autocar

'