Faudrait-il limiter l'acquisition des voitures autonomes pour les privés ?

Selon plusieurs études, la démocratisation des véhicules autonomes devrait réduire le trafic en ville jusqu'à 90%. C'était sans compter sur cette nouvelle étude réalisée par l'EPFZ (Ecole polytechnique fédérale de Zurich) qui montre le phénomène inverse. Selon l'auteur de cette recherche, le professeur Kay Axhausen, "La possession de véhicules privés ne se réduira que si les voitures autonomes ne peuvent pas être acquises par des privés". Autrement dit, si les voitures autonomes sont acquises par des particuliers, le trafic routier risquerait d'augmenter. En effet, le propriétaire de ce genre de véhicule n'aura plus qu'à monter à bord et d'enclencher le mode de conduite autonome pour se déplacer. Parallèlement, il pourra vaquer à ses occupations sans avoir à se soucier de la conduite. Ainsi, le nombre de déplacements "inutiles" risquerait de se multiplier, et encombrer le trafic. 

Si les coûts d'acquisition et de fonctionnement sont peu élevés, la voiture autonome peut être très séduisante. Cette attractivité est accentuée si le véhicule autonome peut être utilisé par n'importe quel membre de la famille, que ce soient les parents ou les enfants ! Enfin, les chercheurs n'oublient pas pour autant les personnes qui empruntent les transports en commun. La voiture autonome pourrait attirer leur attention, ce qui les pousserait à opter pour ce moyen de transport individualisé. 

Au final, la voiture autonome pourrait attirer beaucoup de monde, même les personnes n'ayant pas le permis de conduire. De plus, on risquerait de passer dans les villes d'un mode de transport public à un mode de transport individualisé (chaque passager dans sa voiture autonome), ce qui densifiera fortement le trafic routier. Pour ces chercheurs, les véhicules 100 % autonomes doivent avant tout rester d'ordre "public".

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont simulé l'évolution du trafic dans la ville de Zurich sur les vingt prochaines années en incluant les taxis autonomes et les véhicules autonomes privés. Les chercheurs ont également questionné plusieurs centaines de personnes sur leurs habitudes, et ont extrapolé les résultats sur une population de près de 150'000 habitants.

Source : ETHZ

'