La grosse calandre, tout le monde ne la déteste pas.

Nombreux sont ceux qui trouvent que BMW n'a pas franchement réussi le restylage de la Série 7. Un élément bien précis cristallise les critiques : la calandre et ses deux gros naseaux. Le sujet vient d'être abordé par Adrian van Hooydonk, le directeur du design de la marque allemande qui, dans un entretien accordé à des journalistes australiens, a cherché à défendre et justifier ses choix.

Admettant qu'il concevait que les gens puissent être choqués, le designer a souligné qu'il était difficile de plaire à tout le monde, en particulier avec un modèle comme la Série 7. "Les clients sont très très différents en Chine, aux États-Unis, au Moyen-Orient et en Europe", a-t-il commenté. Selon lui, les critiques viennent essentiellement du Vieux Continent où, d'une façon générale, les gens aiment les choses discrètes. Mais l'Europe n'est pas le principal marché de la Série 7, et les autres régions du monde ne partagent pas forcément ses goûts. Au contraire, un pays comme la Chine aime plutôt verser dans l'ostentation et devrait à ce titre apprécier la voiture. D'ailleurs, BMW constate avec joie que les ventes du modèle sont reparties à la hausse depuis le restylage.

Galerie: BMW Série 7 (2019)

"Pour la prochaine génération de Série 7, notre travail sera légèrement plus facile", prévoit Adrian van Hooydonk, pour qui les goûts des différentes clientèles finiront par converger, ou tout du moins s'homogénéiser, dans les prochaines années.

Critiquée pour son nouveau design, la Série 7 n'en demeure pas moins une berline de luxe pétrie de qualité. Elle est de plus l'une des dernières BMW à pouvoir être motorisée par un V12, si ce n'est la dernière...

Source : Motoring

'