Il occupait le poste de Directeur de la Production au sein du groupe auparavant.

Après l'annonce du départ d'Harald Krüger, un an avant la fin de son mandat, BMW AG vient de confirmer le nom de son nouveau Président du Conseil d'Administration. À la suite d'une réunion tenue à Spartanburg, en Caroline du Sud (USA), le constructeur bavarois a annoncé officiellement Oliver Zipse comme nouveau Président du groupe. Il occupait jusqu'ici le poste de Directeur de la production, mais il a exercé de multiples fonctions depuis 1991, son année d'entrée chez BMW. Ce dernier prendra la succession d'Harald Krüger à compter du 16 août prochain. 

"Avec Oliver Zipse, un leader stratégique et analytique, en tant que Président du Conseil d'Administration de BMW AG, cela apportera au groupe BMW un nouvel élan en mettant en forme notre vision de la mobilité du futur", a commenté Norbert Reithofer, le Président du Conseil de Surveillance de BMW AG. Car effectivement, c'est bien cela qui manquait au groupe bavarois sous la présidence d'Harald Krüger, qui n'a pas forcément fait les bons choix en temps et en heure concernant la transition énergétique.

Oliver Zipse aura pour rôle de conduire la transition énergétique et rattraper le retard pris par le groupe allemand alors qu'il faisait figure de "pionnier" en 2013 à la sortie de la BMW i3. Depuis, BMW s'est fait devancer et l'urgence est telle que le groupe doit réduire rapidement les émissions de CO2 de ses voitures pour respecter les limites imposées par l'Union européenne à partir de 2020. En plus de cela, Oliver Zipse devra redresser la barre et présenter des chiffres annuels plus reluisants. En effet, Harald Krüger avait présenté des chiffres annuels décevants, annonçant en même temps pour 2019 un net recul du bénéfice imposable. Il faut néanmoins prendre en considération que le contexte n'est globalement pas vraiment favorable avec une diminution des marges à cause d'une baisse des investissements et des coûts.

Dans tous les cas, une lutte acharnée entre BMW AG et Daimler devrait avoir lieu ces prochaines années. Rappelons que Daimler a chipé en 2016 la place de numéro un mondial de la voiture haut de gamme à BMW. Mais Daimler a vécu une transition similaire au mois de mai dernier avec le départ de l'emblématique Diester Zetsche et l'arrivée d'Ola Källenius à la présidence du groupe. La bataille devrait avant tout s'articuler autour de l'électrique, et même si BMW accuse un peu de retard face à Daimler aujourd'hui, Harald Krüger avait promis fin juin d'accélérer la mise sur le marché des voitures électriques, annonçant jusqu'à 25 modèles d'ici 2023 dans la gamme, soit deux ans avant ce qui avait été annoncé.

'