McLaren compte bien continuer son expansion et se tourne maintenant vers d'autres marchés. La marque va également bientôt dévoiler sa plateforme pour ses futurs modèles hybrides.

Du côté du marché des voitures sportives, McLaren fait à peu près l'actualité tous les mois. En effet, la marque est très active et révèle très régulièrement, soit un nouveau modèle, soit une déclinaison d'un produit déjà existant. La firme de Woking a le vent en poupe ces derniers temps avec des records de ventes chaque année et une gamme qui s'étoffe de plus en plus. Malgré tout, avec la transition énergétique qui s'amorce, McLaren doit aussi préparer l'avenir. Si, chez certains constructeurs, l'avenir appartient au SUV pour gonfler leurs chiffres de ventes et réinvestir par la suite, du côté de chez McLaren, on va tout simplement se passer de cette idée, tout simplement parce que le SUV ne répond pas à la philosophie de la marque.

De l'hybride pour toutes les McLaren ?

À l'occasion d'une interview donnée à des journalistes à Détroit, le PDG de McLaren, Mike Flewitt, a annoncé plusieurs choses intéressantes concernant l'avenir de la marque. Première chose, l'arrivée d'une nouvelle plateforme pour les future véhicules hybrides qui sera dévoilée l'an prochain. Le premier modèle hybride rechargeable sera présenté à la fin de l'année 2020. D'ici trois à quatre ans, la totalité des McLaren seront électrifiées.

Un V6 est actuellement en cours de développement pour les modèles qui seront plus accessibles, tandis que le V8 restera au catalogue, associé à un moteur électrique, pour les modèles les plus performants. L'autonomie en tout électrique serait plutôt anecdotique, de 20 à 30 kilomètres en l'occurence. McLaren ne souhaite pas équiper ses voitures de grosses batteries afin de conserver un poids convenable pour chacune de ses voitures. L'arrivée de l'hybride devrait faire prendre une quarantaine de kilos aux voitures par rapport aux modèles actuels.

Et le 100 % électrique dans tout ça ?

Concernant de futurs modèles 100 % électriques, la rentabilité joue encore un rôle dans les décisions de la marque. McLaren a donc décidé, jusqu'à présent, "de ne pas développer de voiture entièrement électrique", a déclaré Mike Flewitt avant d'ajouter : "Personne ne gagne de l'argent avec les voitures électriques, tandis qu'avec l'hybride, nous pouvons faire ce que nous voulons faire". Le constructeur britannique construira éventuellement un modèle électrique, mais "McLaren devra attendre que des batteries plus légères, moins coûteuses et plus économiques, soient prêtes pour une utilisation commerciale".

L'ouverture à d'autres marchés

Mike Flewitt n'oublie pas pour autant les enjeux financiers, surtout en vue d'une intronisation en Bourse qui semble se dessiner petit à petit. Si McLaren se porte bien, pour la première fois, les ventes de 2019 devraient être inférieures à celles de 2018. En cause, les incertitudes qui gravitent autour du Brexit selon le PDG. Même si la demande aux États-Unis et en Chine reste forte, McLaren souhaite s'implanter sur d'autres marchés, à commencer par l'ouverture de concessions au Vietnam et aux Philippines. McLaren souhaiterait aussi s'implanter en Russie et en Inde, deux marchés où ils sont absents.

Galerie: McLaren 600LT Spider (2019)