Un projet ambitieux et assez fou.

Nous sommes en 1995 et la course des 24 heures de Spa est sur le point de commencer. La Peugeot 905 n'est plus là et son V10 est utilisé par McLaren en Formule 1. Cependant, le constructeur français voulait absolument aligner une voiture sur la ligne de départ. Il a donc décidé de se lancer dans une opération à mi-chemin entre le marketing, le génie et la folie.

Rien n'est impossible

La grille de départ des 24H de Spa de 1995 voit apparaître l'une des voitures de course les plus folles jamais vues. Il s'agissait d'une Peugeot 806 ; le nouveau monospace à 7 places qui allait devenir à la mode chez les familles nombreuses pour sa praticité.

Galerie: Peugeot 806

Le monospace qui a roulé sur la piste belge est bien différent du modèle de série. Pour atteindre un niveau de performance suffisant pour la course, Peugeot a dû retrousser ses manches, et pas qu'un peu.

Peugeot 806

Un monospace taillé pour la compétition 

Cette année là, Peugeot obtient de très bons résultats en rallye où il avait engagé une 306 Maxi ainsi qu'une Peugeot 406. Le moteur de la 306 Maxi avait une cylindrée de 2,0 litres, il développait 280 ch à 8 700 tr/min. C'est ce moteur qui allait être utilisé dans la Peugeot 806. Outre la mécanique, la 806 s'est vue recevoir plusieurs changements, dont la suspension et les freins. Ce mélange des genres était plutôt convaincant. Pour preuve, sur les 46 véhicules engagés dans la course, la Peugeot 806 a manqué de peu le top 10 lors des qualifications. Le monospace a pris place à la 12ème position sur la ligne de départ. 

Cette voiture a été exploitée par la branche belge de la marque (équipe Kronos) qui était alors officiellement impliquée dans le championnat national de Procar. Eric Bachelart, Philippe Verelleny et Pascal Witmeur ont pris le relais au volant, qui a couru une bonne partie de la course.

Peugeot 806
Peugeot 806

Tout ne s'est pas passé comme prévu

Les qualifications ont donné de bons espoirs à l'équipe, même si plus tard, elle a dû faire face à quelques problèmes de fiabilité du véhicule. Le poids, l'aérodynamique et le centre de gravité très élevé ont entraîné des problèmes qui, s'ils ne s'étaient pas complètement manifestés lors des qualifications, se sont révélés catastrophiques pendant la course.

Après la première heure, la voiture s'est arrêtée à cause d'un problème de freins ; une fois réparé, la 806 est revenue sur la piste mais un problème du différentiel l'a forcé à s'arrêter à nouveau. Un peu plus tard, le support moteur a lâché en raison de la contrainte perpétuelle exercée sur le châssis. Malheureusement, malgré toute la bonne volonté du monde, l'équipe a dû abandonner en milieu de course car le moteur a rencontré plusieurs soucis. 

Peugeot 806

Une source d'inspiration

Cette aventure reste l'une des plus intéressantes et originales de l'histoire des courses automobiles. L'indiscipline et la folie (dans un sens positif) ont donné naissance à ce modèle hors du commun. Ce projet doit être pris en exemple de nos jours dans un monde automobile de plus en plus boutonné et peu imaginatif.