C'est la première fois que le manufacturier se lance dans la compétition moto. Mais il a déjà touché au monde de la moto.

Le marché de la suspension moto de compétition est dominé par Öhlins, ces derniers sont omniprésents en Grand Prix, mais aussi en World Superbike. Il y a aussi Showa ou WP qui sont présents. Alors quand un manufacturier comme Bilstein indique qu'il veut entrer dans ce cercle très fermé, des questions se posent.

D'abord, revenons un peu sur Bilstein. La marque est fondée en 1873 et commence par produire des ferrures de fenêtre. C'est en 1927 que la marque entre dans le monde de l'automobile, mais pas encore dans une automobile (patience ça arrive). L’entreprise fabriquait des grues pour les usines automobiles allemandes (opérations qui subsisteront jusqu'en 1992). Ce n'est que 27 ans, en 1954, plus tard que Bilstein commence à s’intéresser au principe développé par Roland Bourcier De Carbon : l'amortisseur à gaz.

À partir de là, le nom de l'entreprise entre dans l'histoire. Bilstein s'associe avec Mercedes-Benz en 1957 et permet à la 220 SE de remporter beaucoup de courses de Rallye. Porsche, BMW ou encore Alfa viendront plus tard proposer un partenariat avec l'équipementier pour leurs voitures de course. Par la suite, Bilstein à persévéré et continué le développement de sa technologie. Aujourd'hui, Bilstein est l'un des plus grands noms de la suspension automobile.

Mais est-ce que ce savoir va permettre à l'équipementier allemand de briller en compétition moto ? C'est bien joli de vouloir se lancer dans le monde de la compétition, mais il va falloir accumuler un sacré paquet de données si Bilstein veut espérer pouvoir concurrencer le leader du marché. Et bien que l'équipementier ait proposé des kits pour la S 1000 RR depuis sa création en 2009, il ne s'était jamais vraiment investi officiellement en compétition.

Galerie: Bilstein BMW S 1000 RR

Si on prend en compte la constante évolution des technologies et l'avance considérable dont disposent les autres marques, on pourrait penser que Bilstein fait un mauvais choix. Mais c'est sans compter sur la détermination de l'équipementier allemand. En effet, l'annonce faite ces derniers jours est le résultat de 5 ans de développement pour la S 1000 RR. Un peu de compétition dans un monde aussi fermé ne peut pas faire de mal.

Il est prévu que Bilstein propose des kits pour d'autres modèles, mais pour l'instant nous n'avons aucune information concernant les modèle qui vont recevoir une amélioration. On peut se douter que toutes les hypersportives vont recevoir une telle option, donc la Yamaha R1-M, la Suzuki GSX-R 1000 R, la Honda CBR 1000 RR-R, la Kawasaki ZX 10 RR, l'Aprillia RSV4 RF ou encore la Ducati Panigale V4R

Normalement, la gamme devrait s'étoffer durant l'année 2020. Côté tarif, un kit complet chez Öhlins coûte aux alentours de 4000 euros. Pour bien se placer Bilstein devrait se placer légèrement en dessous afin d'être une option pour tous les pilotes qui veulent trouver une alternative au très onéreux "Original Gold" 

Sources: BilsteinMotorrad