La station la moins chère affiche le SP95 à 1,08 €/l !

Depuis le début de notre période de confinement, mi-mars, les prix des carburants aux pompes à essence ont dégringolé. Déjà parce que la crise sanitaire est mondiale et a affecté en premier lieu les cours du brut. Ensuite parce que la demande est bien moindre avec beaucoup moins de déplacements durant le confinement.

Des prix en chute libre donc qui font du bien au porte-monnaie au moment d'aller remplir votre réservoir, que vous rouliez à l'essence ou au diesel. D'après les derniers relevés publiés par le ministère de la Transition Écologique et solidaire, publiés le lundi 1er mai, le litre de Sans-Plomb 95 est en moyenne affiché à 1,2296 €/l en France, une baisse de 4 centimes par rapports à la moyenne de 1,2451 €/litre la semaine précédente. À noter qu'au début du confinement, il s'affichait à 1,404 €/litre, soit 18 centimes de plus qu'aujourd'hui par litre. Soit une différence de 9 euros sur un plein de 50 litres ! 

Pour ce qui est du SP95 E10, il s'affichait à 1,2178 €/l en moyenne. Contre 1,2344 €/l au relevé précédent. Et il était à 1,388 €/litre le 13 mars, à la veille du confinement. Sur un plein de 50 litres, c'est une différence de 8,51 euros.

La dernière moyenne du Sans-Plomb 98 est elle à 1,2980 €/litre, contre 1,3165 la semaine précédente, et 1,4749 €/litre au moment du confinement. C'est presque 9 euros de gagné sur 50 litres.

Côté diesel enfin, le litre s'affiche en moyenne à 1,1663 €/litre, contre 1,1941 €/l la semaine précédente. Et 1,3012 €/l au début du confinement : c'est donc 5,4 euros de gagné sur un plein de 50 litres.

Bientôt une hausse des prix à la pompe ?

Si ces prix à la pompe sont une bonne chose pour les automobilistes au moment pour beaucoup de reprendre leur voiture en sortie de confinement, il faut quand même se méfier d'un retour de flamme et de prix qui repartent à la hausse. 

En effet, avec le déconfinement, en France évidemment mais aussi dans plusieurs pays, la demande devrait repartir à la hausse très prochainement. Et qui dit plus de demande, dit prix en hausse. Pas une bonne nouvelle pour le consommateur évidemment, mais il faut aussi penser aux stations-service, en grandes difficultés depuis le début du confinement. 

Et preuve que les affaires reprennent, le baril de pétrole coté à New York a fini en hausse pour la cinquième séance de suite ce mardi 5 mai, prenant plus de 20% à la clôture, alors que le marché espère évidemment que la consommation de l'or noir reprenne prochainement.