Après les DS 3 Crossback, DS 7 Crossback et DS 9, la marque premium française présente son quatrième modèle maison.

Initialement prévue pour la rentrée 2020, la DS 4 de nouvelle génération se sera fait attendre, notamment à cause de la crise sanitaire qui a quelque peu chambouler les plannings. Mais aujourd'hui, c'est la bonne, DS nous présente enfin sa nouvelle compacte premium, descendante de la DS 4 que nous connaissions précédemment et qui avait été présentée en 2011.

D'ailleurs, peut-on vraiment parler de descendance compte tenu du fait que la précédente DS 4 était un modèle Citroën, basé sur la C4 de l'époque, et estampillé DS en 2015 au moment de l'émancipation de la marque ? Cette nouvelle DS 4, elle ne découle d'aucun autre modèle, il s'agit d'une vraie DS avec un style qui s'inscrit dans la continuité de ce à quoi DS nous avait habitué, avec une once de raffinement supplémentaire.

DS 4 (2021) avant

Plus raffinée et moins ostentatoire

Il faut dire que nous n'avions pas forcément été tendre avec la marque aux lancements des trois derniers produits, notamment en raison du style, que nous trouvions trop ostentatoire avec une abondance de chrome au niveau de la face avant. Pour cette nouvelle DS 4, il y a eu du changement, en témoigne la face avant, moins lourde et plus épurée, avec juste ce qu'il faut d'éléments chromés. Le dessin des optiques est aussi plus fin, tandis que les "DS Wings", hérités du concept-car DS Aero Sport Lounge, viennent habiller les extrémités de la face avant.

L'arrière est un peu plus consensuel à nos yeux, avec une ceinture de caisse très haute et très marquée, qui laisse présager une visibilité bien médiocre à bord. À voir lors des essais. Les optiques sont plus fines et sont reliées par un jonc, comme pratiquement toutes les voitures modernes désormais. En termes de dimensions, DS annonce 4,40 mètres de long, soit 12,5 centimètres de plus que l'ancienne DS 4, 1,83 mètre de large et 1,47 mètre de haut. La voiture est campée sur des jantes pouvant atteindre jusqu'à 20 pouces. La gamme s'articule autour de trois niveaux : DS 4, DS 4 Cross et DS 4 Performance Line.

DS 4 (2021) 3/4 avant
DS 4 (2021) 3/4 arrière

Jusqu'à trois écrans à l'intérieur

À l'intérieur, il y a pas mal de nouveautés, DS ne s'étant pas contenté de reprendre la planche de bord du DS 7 Crossback. L'ergonomie semble particulièrement soignée avec quelques éléments intéressants, comme l'absence d'aérateurs visibles au niveau de la console centrale, ou encore une disposition des commandes au niveau des contre-portes particulière. Concernant le coffre, DS annonce une contenance de 430 litres, soit pratiquement le même volume qu'une Peugeot 308 actuelle (420 litres). La version hybride rechargeable perd 40 litres et culmine à 390 litres.

Il n'y a pas un, ni deux, mais bien trois écrans à bord de la nouvelle DS 4. Les deux premiers, vous les connaissez, il s'agit de l'écran d'instrumentation digital et de l'écran tactile permettant de gérer le système d'info-divertissement. La nouveauté, c'est le troisième écran de cinq pouces au niveau de la console centrale, sous le sélecteur de vitesse, qui permet de gérer différentes fonctions de la voiture. Il y a également l'intégration d'un nouveau système d'info-divertissement, que l'on espère plus intuitif par rapport aux dernières productions du groupe PSA (devenu depuis peu Stellantis).

DS 4 (2021)

De l'hybride au programme dès le lancement

La nouvelle DS 4 repose sur la plateforme modulaire EMP2 et débarque d'emblée avec une motorisation hybride rechargeable de 225 chevaux. Il s'agit du même groupe motopropulseur qu'un Peugeot 3008 HYbrid par exemple. La DS 4 E-Tense, c'est son nom, est annoncée à environ 50 kilomètres d'autonomie en mode 100 % électrique.

Des versions essence PureTech de 130, 180 et 225 chevaux et une version diesel BlueHDi 130 chevaux seront également proposées. Tous ces modèles recevront exclusivement des boîtes de vitesses automatiques à huit rapports, il faudra donc faire l'impasse sur la bonne vieille boîte manuelle.

Logo DS 4 (2021)
DS 4 (2021) hybride rechargeable

"Sans les mains"

Voiture moderne oblige, la DS 4 est équipée de la majorité des technologies d'aide à la conduite modernes et, par conséquent, d'une conduite semi-autonome de niveau 2 quand le régulateur de vitesse adaptatif, le système de maintien dans la voie et la gestion automatique dans les embouteillages fonctionnent de concert.

Le système est même enrichi de trois nouvelles fonctionnalités : les dépassements semi-automatiques, l’adaptation de la vitesse dans les courbes et la préconisation anticipée de la vitesse des panneaux de signalisation.

Les clients pourront aussi se tourner vers un système de suspensions pilotées, avec une caméra située au niveau du pare-brise qui scanne la route afin d'anticiper les irrégularités et "préparer" les suspensions en les rendant plus fermes ou plus souples en fonction des besoins.

DS 4 latéral

Rendez-vous à la fin de l'année

Comme pour le DS 7 Crossback et la DS 9, la DS 4 se fera encore attendre avant d'arriver sur nos routes, puisque son lancement commercial est prévu au quatrième trimestre 2021. D'ici là, Peugeot aura présenté la cousine technique de la DS 4, à savoir la nouvelle 308, qui devrait pointer le bout de son nez d'ici quelques semaines, pour un lancement à la rentrée prochaine.

La nouvelle DS 4 viendra se positionner en face de concurrentes déjà bien installées, avec les Audi A3, Mercedes Classe A et autres BMW Série 1. Si les deux premières sont déjà pourvues d'une ou plusieurs versions hybrides rechargeables, ce n'est pas encore le cas de la BMW. À voir si la firme bavaroise dégaine une version PHEV de sa compacte avant la fin de l'année pour contrer ses concurrentes allemandes et, désormais, cette nouvelle menace venue de France.

Galerie: DS 4 (2021)