Le concept préfigurait à 95 % le modèle de série !

Avantime. Voilà une appellation qui résonne dans le cœur de nombreux collectionneurs de manière particulière. Elle renvoie évidemment à ce modèle si spécial produit par Renault, par Matra même d'ailleurs, entre 2001 et 2003, qui n'aura jamais trouvé son public. Qui n'aura été produit qu'à 8557 exemplaires.

Et qui représente pourtant un morceau de l'histoire industrielle française avec justement cette production Matra, juste avant la chute de la firme de Romorantin. 

Mais si la Renault Avantime est si spéciale, c'est surtout pour son design de concept roulant. On a même tendance à oublier qu'il y a bel et bien eu un concept Avantime, présenté dès 1999 au salon de Genève, tant le modèle de série en est resté proche, pour ne pas dire la copie conforme. 

Aujourd'hui nous revenons justement sur l'histoire du concept Avantime, qui sur le papier avait pourtant tout pour plaire !

Renault Avantime Concept (1999)

Le "coupéspace" en avance sur son temps

C'est d'autant plus bizarre de revenir sur l'histoire de l'Avantime à notre époque actuelle qu'en la mettant en perspective avec le succès grandissant ces dernières années des "crossovers", littéralement des modèles qui se situent entre deux types de voitures, mais aussi des SUV dits "coupé", on se dit que ce concept était effectivement en avance sur son temps. Trop ?

L'idée de départ de l'équipe de design de Renault, sous la houlette de Patrick Le Quément, c'est de réaliser un "coupéspace". Contraction de "coupé" et "monospace", mot-valise pour "coupé" et "Espace". Un crossover quoi ! C'est sous le trait de crayon de Thierry Metroz (actuellement directeur du design de DS) que naît le prototype de monospace à deux portes. 

Renault Avantime Concept (1999)

Le vrai luxe, c'est l'espace

Il y a beaucoup à dire sur le design de l'Avantime Concept. Déjà pour ses proportions. Car c'est sur une base d'Espace 3 qu'est né le projet. Un peu plus bas, mais également un peu plus long et plus large, et surtout avec deux portes latérales, l'Avantime détonne. Les surfaces vitrées sont immenses, pour justement créer ce sentiment d'espace que le monospace est censé apporter. 

Autre détail qui aide à ce sentiment d'espace, c'est l'absence de montants latéraux, et l'absence de cadre pour les vitres. Ce qui, pour le modèle de série, deviendra évidemment un casse-tête technique au niveau de la rigidité. Du coup, les montants arrière sont très épais, mais l'astuce de les rendre bicolores, avec la passation entre la couleur de la carrosserie, en composite, et du pavillon, réalisé en aluminium, permet d'atténuer la lourdeur visuelle. 

Renault Avantime Concept (1999)

Le toit quant à lui est entièrement vitré, ce qui sera en partie repris sur le modèle de série, et la vitre arrière est convexe, un autre défi pour le futur véhicule de production.

Évidemment, le but de toutes ces surfaces vitrées est de faire en sortie que les 4 passagers se sentir le plus possible à l'extérieur. Une sensation d'être dans un cabriolet encore renforcée par l'Avantime de production, avec la fonction Grand Air qui, d'une seule pression sur une touche, permet d'abaisser toutes les vitres, sans montant central on le rappelle, et d'ouvrir le grand toit ouvrant (qui n'est que vitré sur le concept). Un must ! 

Portes à double cinématique

S'il est bien un autre élément qui a donné du fil à retordre aux ingénieurs de Matra, aussi bien sur le concept que sur le modèle qui en découlera, ce sont ces portes à "double cinématique". Afin à la fois de réduire l'encombrement induit par l'ouverture par cette très grande portière avant, et aussi permettre de faciliter l'accès aux places arrière, l'Avantime inaugure une double charnière. Un détail en apparence, mais ça fait aussi en partie son charme.

Renault Avantime Concept (1999)
Renault Avantime Concept (1999)

Renault Sport aux manettes

Sous le capot de ce concept Renault Avantime, c'est Renault Sport qui a pris les choses en main, en y logeant un V6 3.0 litres 24 soupapes. Il développait pas moins de 250 chevaux. Associé à une boîte manuelle à 6 rapports, il avait évidemment pour but de mettre en exergue le côté "voiture plaisir" de ce concept. 

Si le moteur survivra jusqu'à l'Avantime de série, il sera un peu dégonflé pour développer 207 chevaux. Il faudra attendre plus d'un an pour qu'il soit épaulé par d'autres motorisations moins nobles, mais aussi moins coûteuses à l'achat, un 2.0 essence de 165 ch, rare et assez recherché, et un Diesel 2.2 dCi de 150 chevaux. 

De concept innovant à échec commercial

Si la mise au point de l'Avantime de série mettra du temps, et prendra même du retard, le modèle de production, apparu au Mondial de Paris 2000, arrivera en concessions en septembre 2001. On disait alors qu'il reprenait 95 % du concept ! 

Renault Avantime Concept (1999)
Concept...
Renault Avantime
... et modèle de série !

Sauf que là où Renault pensait vendre 15'000 voitures la première année, elle n'en vendra finalement qu'environ 3900. L'originalité sur laquelle avaient misé Renault et Matra ne paiera finalement pas, et l'échec commercial précipitera la fin de Matra, déjà affaibli. L'usine de Romorantin qui produisait l'Avantime fermera en mai 2003, après 8557 exemplaires produits seulement. Et Renault ne reprendra pas le projet, enterrant définitivement la seule tentative de "coupéspace". 

Renault Avantime

Galerie: Renault Avantime Concept (1999)