James May a ajouté une nouvelle voiture à son garage. Après avoir conduit une Alpine A110 dans The Grand Tour, James May en a acheté une et prend désormais plaisir à la conduire régulièrement. Dans une nouvelle vidéo pour la chaîne Drivetribe, il explique pourquoi il aime absolument la sportive française.

En fait, le capitaine Slow affirme que l'A110 n'est pas une voiture de sport mais une supercar "downsizée", malgré son moteur quatre cylindres. "Le moteur est derrière votre dos, la tenue de route est très fringante, la capacité de chargement est très faible, la visibilité arrière est extrêmement compromise" - vous avez toutes les raisons de qualifier de supercar une voiture présentant de telles qualités. C'est presque la même expérience que l'on vit dans une McLaren, selon May.

Galerie: Alpine A110

Pour rappel, en version non-S, l'A110 est équipée d'un moteur turbo de 1,8 litre développant 251 chevaux et 320 Nm de couple. James May trouve cette puissance plus qu'adéquate pour le poids de la voiture, et une chose particulière qu'il apprécie est le fait qu'elle "semble beaucoup plus étroite qu'une supercar de taille normale".

Y a-t-il quelque chose que James May n'aime pas dans l'A110 ? S'il apprécie la voiture de sport phare de Renault de profil, il la trouve un peu terne de face. "Le problème, je pense, est que le langage de conception d'il y a plus de 50 ans ne cadre pas très bien avec les exigences et les législations modernes telles que la résistance aux chocs, la protection des piétons, la hauteur à laquelle les phares doivent se trouver par rapport au sol."

Ce que nous apprécions particulièrement dans la conclusion finale de James May, c'est qu'il résume parfaitement la façon dont les voitures modernes devraient être construites. Un poids plus faible et des dimensions réduites signifient "moins d'impact dans tous les sens du terme". Nous ne pouvons être plus d'accord.