En 2021, les ventes de voitures en Europe ont diminué de 1,5 % par rapport à 2020, avec 11 774 885 immatriculations dans la zone UE+EFTA+UK contre 11 958 116 l'an passé. Ce résultat, évidemment négatif, est mis en parallèle avec une année 2020 déjà particulièrement mauvaise. En comparant avec une année "classique" et "pré-pandémique", à savoir 2019, la chute est vertigineuse avec un recul de 25,5 %.

Cette nouvelle année noire pour l'industrie automobile résulte d'un certain nombre de problèmes affectant le secteur et l'économie mondiale, aggravés par la pénurie de semi-conducteurs qui, au second semestre 2021, s'est fait sentir encore plus fortement sur les chaînes de production. Le mois de décembre a été particulièrement dévastateur avec une baisse de 21,7 % par rapport à décembre 2020.

L'Allemagne entraîne l'Europe dans sa chute

Le recul du marché automobile européen a été particulièrement affecté par la forte baisse des immatriculations en Allemagne, principal marché du continent, qui, avec 2 622 132 véhicules vendus dans l'année, a enregistré une baisse de 10,1 %. Parmi les principaux pays européens, la France se hisse à la seconde position avec une augmentation de 0,5 % de ses immatriculations. Le podium est complété par le Royaume-Uni avec une augmentation de 1 %.

En quatrième position, et avec le meilleur résultat parmi les principaux marchés européens, on trouve l'Italie avec 1 457 952 immatriculations (+ 5,5 %), suivie de l'Espagne avec + 1,0 %. Les seuls résultats clairement positifs et à contre-courant de la tendance sur le Vieux Continent, ce sont les immatriculations en Islande (+ 35,8 %), en Croatie et en Norvège (+ 24,7 % chacun) et en Grèce (+ 24,6 %).

Hyundai est le seul groupe à afficher une forte croissance

En ce qui concerne les groupes automobiles, Volkswagen reste en tête avec 2 944 117 immatriculations (- 3,7 %), devant Stellantis avec 2 378 979 (- 1,6 %) et Renault avec 1 093 539 (- 10,9 %).

Le groupe Hyundai a connu une année 2021 assez remarquable, avec 1 018 563 immatriculations (+ 21,1 %), dépassant BMW (858 762 unités, + 1,3 %). Toyota (+ 9,6 %) et Mazda (+ 4,0 %) figurent également parmi les quelques groupes en croissance, tandis que Ford (- 19,2 %) et Nissan (- 14,2 %) ont enregistré les plus fortes baisses.