Voilà un débat qui divise, en particulier ces dernières années : faut-il maintenir le permis à vie (comme c'est le cas actuellement) ou rendre des visites médicales obligatoires, notamment pour les personnes âgées, afin de le conserver sur la durée ? Il semble que la première option garde les faveurs des dirigeants puisque le Parlement européen a voté, mercredi 28 février, contre la mesure de l'eurodéputée Europe écologie Karima Delli.

Cette dernière souhaitait instaurer une visite médicale tous les 15 ans (ou même 5 ans dans certains cas) pour les personnes âgées de plus de 70 ans. Le résultat leur aurait permis de conserver (ou non) leur précieux carton rose. D'après le site de "La voix du nord", les principales causes d'accidents chez les seniors sont l'inattention ou le risque de faire un malaise et 80 % des personnes âgées de 75 ans et plus sont tenues pour responsables en cas d'accident, soit le même pourcentage que les 18-24 ans.

En parlant des plus jeunes conducteurs , Delli voulait que chaque candidat au permis de conduire subisse un contrôle de la vue, de l'ouïe et de ses réflexes. Pour l'eurodéputée vert, ces décisions sont tout à fait logiques :  

"Cette proposition ne vise pas à embêter des gens, mais à sauver des vies et des familles d'accident qui ne devraient pas avoir lieu".

L'Europe veut "éviter les discriminations" 

Mais pour le moment, il n'en sera rien puisque le Parlement a rejeté ces propositions dans un "bras de fer" relativement serré puisque l'on compte 323 voix contre et 270 voix pour. Voici le verdict qui est tombé dans un communiqué :

"Les députés ne sont pas favorables à la réduction de la validité des permis de conduire pour les personnes âgées, comme le propose la Commission, afin d'éviter les discriminations, de garantir leur droit à la libre circulation et à la participation à la vie. économique et sociale. avec un ensemble minimum de contrôles sur la vue et les conditions cardiovasculaires des conducteurs, entre autres."

En parlant de visites médicales, chaque État membre de l' UE peut décider de les mettre en place ou non, mais il est bon de savoir que 14 pays, comme l'Italie ou l'Espagne, exigent déjà des tests médicaux réguliers (et obligatoires) tandis que la France résiste. Cela étant dit, le débat ne s'arrêtera pas là…