La déclaration d'Elon Musk a fait sensation. Le PDG de Tesla affirme que le nouveau Roadster sera capable de passer de 0 à 100 km/h en moins d'une seconde et nombreux sont ceux qui se sont montrés sceptiques. C'est bien beau de travailler sur la puissance du groupe motopropulseur, le couple et la gestion électronique de ce dernier, mais à un moment donné, les lois de la physique imposent des limites.

C'est pourquoi les critiques ont fusé de toutes parts. Beaucoup ont pensé qu'il s'agissait plus d'un coup de publicité que d'autre chose. Mate Rimac, quant à lui, a fait entendre sa voix en dehors du chœur et a déclaré : "C'est possible".

Les fusées doivent être utilisées

Commençons par une considération générale. La Tesla Model S Plaid, qui est l'une des voitures les plus puissantes et les plus rapides au monde, met environ 2 secondes pour passer de 0 à 100 km/h. Le Roadster réduirait ce temps de moitié, ce qui constitue déjà un record. Mais pour cela, il faudrait que le conducteur et son éventuel passager soient soumis à des forces environ deux fois plus importantes. Quiconque a déjà essayé de faire un 0 à 100 km/h dans une Plaid sait que cela peut déjà faire tourner la tête, littéralement !

Tesla Roadster

Le Roadster de Tesla a des années de retard. Mais il devrait être dévoilé d'ici la fin de l'année

La Rimac Nevera fait encore mieux que la Tesla Model S Plaid. Elle atteint les 100 km/h départ arrêté en 1,85 seconde. Son créateur admet aujourd'hui que faire la même chose en moins d'une seconde ne relève pas de la science-fiction. En fait, Mate Rimac pense que cela est possible : "Nous avons fait une simulation. Avec des fusées, c'est possible".

En effet, Elon Musk a déjà déclaré par le passé qu'il pensait à des fusées utilisant une technologie dérivée de ce que Space X a réalisé. Mais ce n'est pas si facile.

Tous les problèmes à résoudre

Elon Musk et Mate Rimac sont d'accord sur un point : des propulseurs non conventionnels sont nécessaires pour passer de 0 à 100 en moins d'une seconde. Des fusées seront utilisées, comme indiqué, mais cela pose un problème. Pour les faire fonctionner, il faut de nombreux composants supplémentaires, des réservoirs, des vannes, etc. Les fusées et leur système de propulsion ont des masses et des poids qui ne sont pas nécessaires, sauf pendant la seconde où vous vous élancez à pleine puissance. Cela en vaut-il la peine ? Peut-être pas.

Foto - Rimac Nevera Time Attack

La Rimac Nevera, ici engagée sur le circuit du Nurburgring.

Peut-on utiliser un groupe motopropulseur traditionnel ? Mate Rimac a fait le calcul. Pour passer de 0 à 100 en moins d'une seconde, il faut un couple de 30 000 Nm aux roues. Pour l'obtenir (et l'appliquer au sol), il faut installer d'énormes moteurs électriques et renforcer des composants spécifiques : de nouveaux onduleurs, par exemple, et de nouveaux arbres de transmission. Mais cela a un impact sur le poids, la consommation, la dynamique...

En bref, cela vaut-il vraiment la peine d'atteindre certaines accélérations en faisant tous ces compromis ? Nous le saurons tôt ou tard (Elon Musk affirme que la voiture sera présentée d'ici la fin de l'année), enfin, si le système de fusée peut être homologué car même la réglementation pourrait ne pas être un mince problème.

Galerie: Tesla Roadster