Aujourd'hui, Toyota ne vend actuellement qu'un seul véhicule particulier tout électrique en France, le crossover bZ4X. Le constructeur japonais est connu des groupes d'amateurs de voitures électriques les plus intransigeants pour être à la traîne dans la transition vers un portefeuille entièrement électrique.

L'année dernière, le constructeur japonais s'est même exprimé par la voix de son principal scientifique, Gill Pratt, qui a déclaré que les extrémistes de la voiture électrique se trompaient et qu'à long terme, une approche diversifiée des groupes motopropulseurs serait gagnante, tant pour l'environnement que pour les clients.

Toyota Prius 2023 - Essai

Toyota Prius 2023

Toyota Prius 2023 - Essai
Toyota Prius 2023 - Essai

Son raisonnement était le suivant : la plupart des gens n'ont généralement pas besoin des énormes batteries qui équipent les véhicules électriques à longue autonomie. Les ressources sont donc gaspillées pour des batteries qui ne sont pas utilisées à leur plein potentiel. La solution aux yeux de Toyota ? Répartir les mêmes matériaux qui entrent dans la composition d'une grosse batterie sur plusieurs batteries plus petites qui font partie des systèmes hybrides ou hybrides rechargeables.

Toyota a depuis changé d'avis sur les véhicules électriques et prévoit une gamme complète de véhicules de nouvelle génération qui pourraient offrir une autonomie de plus de 1000 km avec une charge complète d'ici la fin de la décennie. Mais même avec un regain d'intérêt pour les voitures tout électriques, Toyota ne renonce pas à son approche diversifiée des groupes motopropulseurs, qui pourrait en fait lui donner l'avantage en termes de ventes à mesure que la croissance du segment des véhicules électriques ralentit, du moins à court terme.

Toyota bZ2x, le rendu de Motor1.com

Toyota bZ2x, le rendu de Motor1.com

La raison de cette stratégie à plusieurs volets, comme l'appelle le constructeur nippon, se résume au client. En bref, les gens ne veulent pas plus de véhicules électriques que d'hybrides rechargeables, de voitures à hydrogène ou même de véhicules à essence.

C'est ce qu'a déclaré Jack Hollis, directeur des ventes de Toyota Amérique du Nord, lors de l'Automotive News Retail Forum : NADA la semaine dernière.

"Notre stratégie est basée sur ce que les concessionnaires nous disent ce que le client veut. Nos concessionnaires ne nous disent pas que les clients veulent des véhicules électriques plus que d'autres choses. Ils nous disent qu'ils veulent des véhicules électriques comme choix. Ils veulent des véhicules hybrides rechargeables. Ils veulent choisir l'hydrogène. En fait, ils aimeraient avoir des moteurs à essence mais aussi des carburants plus propres"

Par ailleurs, par la voix de Jack Hollis, Toyota craint que la réglementation qui imposera une transition majeure vers les véhicules tout électriques d'ici à la fin de la décennie ne fonctionne pas comme l'avaient prévu les législateurs, car si les clients ne sont pas plus enclins à choisir une voiture à batterie plutôt qu'une voiture à combustion, ils risquent de ne pas être en mesure d'en profiter.

"Les réglementations sont très en avance sur la situation du client. Cela ne fonctionne jamais bien pour aucune industrie. Les clients doivent prendre les devants, et les réglementations doivent être en mesure de les protéger, et non l'inverse."

Mais ces réglementations ne sont-elles pas exactement destinées aux clients, en ce sens qu'elles leur permettront de respirer un air plus pur lorsqu'ils sortiront de chez eux ? Et les constructeurs et les concessionnaires ne devraient-ils pas redoubler d'efforts pour informer leurs clients sur les avantages d'une voiture entièrement électrique par rapport à la solution par défaut, celle qui fonctionne à l'essence ?

Toutes ces questions sont valables, mais pour le consommateur qui n'a pas les moyens de dépenser pour un nouveau véhicule électrique, elles sont reléguées au bas de la liste des priorités.

Il est donc logique que les acheteurs qui veulent une nouvelle voiture mais ne peuvent pas s'offrir un véhicule électrique optent pour un véhicule hybride ou hybride rechargeable moins cher. La Tesla Model 3 est proposée à partir de 42 990 euros, sans les frais de transport. La Toyota Corolla hybride ? 33 750 euros.

Et c'est cet écart de prix qui pourrait aider Toyota à conserver sa couronne de constructeur automobile le plus vendu au monde, alors que le marché des véhicules électriques connaît un ralentissement de sa croissance. Le même Jack Hollis a déclaré que le pourcentage de véhicules hybrides et hybrides rechargeables vendus par Toyota et Lexus aux États-Unis continuerait d'augmenter par rapport au chiffre record de 29 % enregistré l'année dernière.