C'est LA vache sacrée des Allemands : la limitation de vitesse sur les autoroutes, ou plutôt son absence. On peut donc, en principe, rouler aussi vite que l'on veut, ce qui exerce un attrait particulier sur les visiteurs étrangers. Nous allons nous pencher ici sur les faits et jeter un coup d'œil en arrière : qu'en était-il autrefois ?

Pas de limitation de vitesse sur toutes les autoroutes allemandes ?

Avec environ 13 000 kilomètres, l'Allemagne dispose aujourd'hui du quatrième réseau autoroutier le plus long du monde. Le leader est d'ailleurs la Chine. Sur un peu plus de la moitié des autoroutes allemandes, la vitesse de référence est de 130 km/h. La plupart des autoroutes allemandes sont des autoroutes à péage.

Environ 30 % du réseau autoroutier est soumis à une limitation de vitesse permanente, les 20 % restants sont équipés de panneaux sur lesquels une limitation de vitesse peut être affichée en fonction de la situation du trafic ou des conditions météorologiques.

La vitesse de 130 km/h sur l'autoroute est-elle plus accidentogène ? Oui. Seuls 10 % environ des décès survenus sur une année sont à déplorer sur les autoroutes, mais la plupart d'entre eux se produisent sur des tronçons où la vitesse n'est pas limitée.

Histoire des limitations de vitesse en Allemagne

Au début de la motorisation, les routes allemandes étaient encore tranquilles : en 1910, la vitesse maximale en ville était de 15 km/h pour les voitures et de 12 km/h pour les camions, puis de 30 km/h pour les voitures et les camions à partir de 1927. Le code de la route était initialement du ressort des Länder.

Les nationaux-socialistes ont ensuite transféré l'intégralité de la compétence législative au Reich. Le 8 mai 1934, le premier "code de la route du Reich" a abrogé toutes les dispositions relatives aux limitations de vitesse. Outre l'abolition de la taxe sur les véhicules, cette mesure visait à stimuler les ventes de véhicules automobiles.

Mais on s'est vite rendu compte où menait cette frénésie effrénée : en mai 1939, en raison du nombre d'accidents, des limitations de vitesse furent à nouveau introduites (60 km/h pour les voitures en agglomération, 100 km/h hors agglomération, 40 ou 70 km/h pour les camions). Après le début de la guerre, les vitesses ont été réduites en octobre 1939 à 40 km/h en agglomération, 80 km/h hors agglomération pour les voitures particulières et 60 km/h pour les camions. La limitation à 80 km/h s'appliquait également aux nouvelles autoroutes du Reich.

Cinq ans de gazon partout sans limite

Les routes de l'ouest allemand sont devenues calmes au milieu des années 1950 : en 1953, toutes les limitations de vitesse ont été supprimées en République fédérale, même à l'intérieur des agglomérations, où elles ont été réintroduites le 1er septembre 1957. Ces 50 km/h sont toujours en vigueur aujourd'hui.

Jusqu'au début des années 1970, il était toutefois possible de rouler à n'importe quelle vitesse en dehors des agglomérations. En raison de l'augmentation constante du nombre de morts sur les routes jusqu'en 1970 (nombre maximum en 1970 : près de 20 000), la vitesse dite "de sécurité" de 100 km/h a toutefois été introduite à titre d'essai à grande échelle sur toutes les routes départementales (sauf les autoroutes) à partir du 1er octobre 1972 et jusqu'au 31 décembre 1975. L'introduction de cette limitation de vitesse, toujours en vigueur aujourd'hui, en dehors des agglomérations a suivi en 1976.

100 km/h sur l'autoroute pendant la crise pétrolière

Une limitation de vitesse sur les autoroutes a été massivement discutée pour la première fois dans les années 1970 : pendant la première crise pétrolière, une limitation générale de vitesse de 100 km/h a été appliquée en République fédérale entre novembre 1973 et mars 1974, y compris sur les autoroutes, afin d'économiser du carburant. Cela a provoqué des débats au sein de la population, les magazines automobiles ont exigé le retrait de cette mesure.

Alors que le gouvernement fédéral de l'époque voulait prolonger la limite de vitesse, le Conseil fédéral s'y est opposé. Elle a finalement été supprimée et remplacée par une vitesse de référence de 130 km/h sur les autoroutes en 1974.

En RDA, la vitesse a d'ailleurs toujours été limitée à 100 km/h sur les autoroutes, 80 km/h hors agglomération et 50 km/h en agglomération. Mais les autoroutes de la RDA, généralement en mauvais état, ne permettaient guère de vitesses plus élevées. À cela s'ajoutait un nombre de véhicules par habitant nettement inférieur à celui de l'Allemagne de l'Ouest.

Discussions autour de la limitation de vitesse à 130 km/h

La question des limitations de vitesse est un sujet irritant en Allemagne depuis des décennies et fait l'objet de discussions animées. Ces dernières années, c'est surtout la protection du climat qui a été invoquée comme argument central.

Dans le contrat de coalition conclu en 2021 par le gouvernement fédéral actuel composé du SPD, des Verts et du FDP, une limitation de vitesse est expressément exclue. Le ministre fédéral des Transports Volker Wissing (FDP) insiste également sur ce point. En octobre 2023, il a déclaré à "auto, motor und sport" :

"Je ne comprends pas pourquoi on discute toujours de sujets qui ont un petit effet, mais un effet de division maximal dans la société. Je pense qu'à une époque où règne une très grande incertitude, nous devrions nous concentrer sur les choses qui nous font faire de grands pas en avant et sur lesquelles nous pouvons entraîner les gens. En outre, nous l'avons exclu dans l'accord de coalition, et cela reste ainsi".

En juin 2022, Wissing a déclaré à la radio allemande Deutschlandfunk :

"Pendant les négociations de coalition, nous nous sommes largement penchés sur les questions de savoir ce que nous faisions pour atteindre les objectifs en matière de CO2 dans le secteur des transports, et la limitation de vitesse n'était importante pour aucun des partenaires de coalition au point d'être intégrée dans le contrat de coalition".

L'Agence fédérale de l'environnement (UBA) est en revanche favorable à une limitation de vitesse sur les autoroutes afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre dues au trafic. En cas d'introduction d'une limitation de vitesse de 120 km/h sur les autoroutes allemandes, les émissions de gaz à effet de serre dues au trafic routier seraient réduites de 2,9% (moins 4,5 millions de tonnes d'équivalents CO2 en 2018), selon l'UBA.

De plus en plus d'Allemands en faveur d'une limitation de vitesse

Pendant des années, la majorité des Allemands s'est opposée à une limitation générale de la vitesse sur les autoroutes, mais le nombre de personnes favorables à une limitation de la vitesse a augmenté ces derniers temps. Dans un sondage réalisé par l'Automobile Club en 2023, 41 % se sont prononcés contre une limitation de vitesse, 54 % pour. D'autres sondages montrent un état d'esprit similaire.

Déjà au début des années 1990, il y avait eu une majorité temporaire en faveur de l'introduction d'une limite de vitesse. Par la suite, l'ambiance s'est à nouveau retournée. Reste à savoir si la question deviendra un thème de la prochaine campagne électorale fédérale de 2025.

À propos d'élections, la prochaine est prévue en Europe. L'UE ne prévoit pas d'uniformiser les vitesses maximales. Pour réduire les accidents, l'UE mise sur une solution technique, l'Intelligent Speed Adaption (ISA). Il s'agit de systèmes qui émettent des bips souvent marqués dès que la vitesse maximale en vigueur est dépassée. Pour ce faire, les véhicules utilisent un système de reconnaissance des panneaux de signalisation avec un GPS et/ou une caméra. À partir du 7 juillet 2024, toutes les nouvelles immatriculations dans l'UE devront être équipées de ce système. 

À voir sur Motorsport.tv