Lorsque l'argent n'est pas un problème et que l'offre ne correspond pas à vos goûts, vous commandez un véhicule construit sur mesure qui répond à vos exigences. C'est ce qu'a fait le sultan du Brunei dans les années 1980 et 1990, lorsque lui et sa famille ont dépensé plusieurs milliards de dollars pour acheter plus de 7 000 voitures. Cette Bentley Turbo R transformée en break en faisait partie.

La famille a commandé 11 unités en même temps, et cet exemplaire bleu est le dernier construit. La conversion a été réalisée par Robert Jankel Design et, outre un toit plus long, la Turbo R a également été équipée d'un système de transmission intégrale. Assemblé en 1992, le luxueux break porte le nom de Val-d'Isère, une commune de Savoie connue pour ses stations de ski de premier ordre.

La légende veut que le break ait coûté environ 12 fois plus cher qu'une Turbo R standard, ce qui paraît fou si l'on considère que le modèle normal n'était pas vraiment bon marché non plus. Sous le capot se trouve le même V8 turbocompressé de 6,75 litres développant 296 ch et 660 Nm, mais cette puissance est envoyée aux deux essieux et non plus seulement aux roues arrière.

Cette Bentley a récemment été bichonnée par un professionnel de l'esthétique, ce qui explique qu'elle soit impeccable à l'intérieur comme à l'extérieur. Il semblerait que l'intérieur bicolore reprenne les couleurs de l'Empire Hotel construit comme palais par le prince Jefri, frère du sultan du Brunei, Hassanal Bolkiah. Cependant, les 10 autres voitures avaient des cabines différentes, dont une avec une combinaison orange et rouge sauvage avec des rayures.

Tous ces breaks Turbo R étaient habillés de cuir et de bois. Cette version finale n'est pas aussi spacieuse derrière les sièges arrière qu'elle aurait pu l'être, car un système audio personnalisé empiète sur l'espace de chargement. Cependant, les barres de toit empruntées à un break Mercedes W123 apportent un plus en termes de praticité.

Une autre particularité de ce Val-d'Isère est qu'il est le seul à ne plus faire partie de la vaste collection de la famille royale du Brunei, puisqu'il a été importé au Royaume-Uni. Le break R n'était pas la seule Bentley personnalisée : certains se souviendront du Dominator, un SUV lancé des décennies avant le Bentayga. Le sultan et sa famille auraient commandé 380 Bentley, y compris des modèles insaisissables tels que Buccaneer, Camelot, Java, Phoenix, Imperial, Rapier, Pegasus, Silverstone et Spectre.

Un Dominator jaune et une Java apparaissent dans la vidéo ci-dessous, montrant quelques-unes des voitures qui font partie d'une incroyable collection.