Stellantis a l'ambition de proposer une gamme de véhicules de tourisme entièrement électriques en Europe d'ici à 2030. Aux États-Unis, l'objectif est de 50 %. C'est le cœur du plan Dare Forward 2030 élaboré par le groupe, et même si les véhicules électriques sont en perte de vitesse aux États-Unis, l'entreprise continue d'aller de l'avant. Mais cela ne signifie pas que l'entreprise ne construira pas de voitures à combustion si c'est ce que veulent les acheteurs.

C'est ce qui ressort d'un récent rapport de WardsAuto, qui cite Natalie Knight, directrice financière de Stellantis, évoquant la possibilité de construire des véhicules à combustion à partir de plates-formes électriques. Ce n'est pas la première fois que nous entendons un dirigeant de Stellantis parler de flexibilité, mais le rapport présente les éléments sous un angle plus large. En bref, si la demande existe pour une version à combustion d'un véhicule électrique, Stellantis est prête à la construire.

Jeep Wagoneer S Exterior

"Je ne veux pas ignorer le fait que nous voulons rester proches du consommateur, et si nous voyons qu'il y a une opportunité avec ces modèles que nous avons introduits en tant que BEV d'abord, nous l'examinerons", a-t-elle déclaré, selon WardsAuto.

Malgré son objectif final du tout électrique, Stellantis dispose d'une nouvelle gamme de plates-formes STLA conçues pour accueillir des groupes motopropulseurs électriques ou à combustion. L'entreprise y voit un avantage pour l'avenir, et pourquoi pas ? À l'heure où l'industrie automobile passe de la combustion à l'électricité, une telle flexibilité est certainement un avantage. Mais on ne peut s'empêcher d'envisager une question plus large. Que se passera-t-il si, en 2030, 75 % des acheteurs aux États-Unis veulent un véhicule à combustion ? Cela annulera-t-il le plan de 50 % décrit dans Dare Forward 2030 ?

Bien que l'avenir soit incertain, un porte-parole de Stellantis nous a confirmé que, pour l'instant, l'entreprise ne change pas et ne reconsidère pas certains aspects de son objectif pour 2030. Le plan prévoit toujours que les véhicules soient électriques représentent une proportion de 50 % aux États-Unis et de 100 % en Europe. En Europe, les ventes de véhicules électriques se portent toujours bien. Aux États-Unis, la situation n'est pas aussi rose, même si certains modèles se portent mieux que d'autres. Mais 2030, ce n'est que dans six ans. À moins que le marché automobile ne s'adapte de manière significative, une gamme de voitures neuves à 50 % électriques pourrait être difficile à vendre pour les acheteurs américains.