Dacia et le sport automobile : voilà une combinaison qui semble bien inhabituelle, mais qui n'est pas pour autant une nouveauté. Le premier Duster a été vu lors de courses sur glace, avant sa première officielle, en 2010. Et qui ne connaît pas l'équipe de course (non officielle) avec la vieille Logan lors des 24 heures du Nürburgring ? 

Pour en revenir au Dakar, l'équipe "Dacia Sandriders" a réalisé sa première phase d'essais dans le cadre de la préparation en cours du prochain Rallye légendaire. La marque se lance donc dans le sport automobile professionnel en participant au défi ultime, durant le mois de janvier 2025.

Dacia Sandrider (2024) : premiers essais du Dakar terminés

Dacia Sandrider (2024) : grand débriefing après les premiers tests

Après une vérification des systèmes, au Millbrook Proving Ground en Grande-Bretagne, l'équipe a passé quatre jours au Sweet Lamb Proving Ground au Pays de Galles, en Grande-Bretagne, du 6 au 9 mai 2024. La troupe s'est ensuite rendue au Château de Lastours en France pour quatre jours supplémentaires d'essais intensifs (du 27 au 31 mai), où les trois pilotes ont eu l'occasion de tester la Sandrider, équipée de pneus BFGoodrich, sur un terrain rocailleux et difficile.

Cristina Gutiérrez a pris le volant du bolide pendant deux jours au Pays de Galles avant que Sébastien Loeb, nonuple champion du monde des rallyes, ne prenne en charge les tâches d'essais et de développement. Il a roulé durant une journée et demie, tandis que Cristina a été déployée pour la dernière après-midi.

Nasser Al-Attiyah, multiple vainqueur du Dakar, a également eu l'occasion de mettre à l'épreuve ses performances de pilote de sable pendant deux jours au Château de Lastours.

Dacia Sandrider (2024) : premiers essais du Dakar terminés

Dacia Sandrider (2024) : premiers essais du Dakar terminés

L'engouement se faire sentir

Tiphanie Isnard, responsable de l'équipe Dacia Sandriders, a confirmé que la première phase de tests a dépassé les attentes et qu'Al-Attiyah, Gutiérrez et Loeb ainsi que les ingénieurs et techniciens sur place n'avaient que quelques défis mineurs à résoudre.

Avant le prochain essai complet au Maroc (28 juin au 5 juillet), où la Sandrider évoluera sur un terrain similaire à celui du mythique Rallye Dakar, de nombreux travaux sont désormais en cours. En attendant, Nasser Al-Attiyah est revenu sur son test de la Dacia :

"L'essai au Château de Lastours était pour moi la première fois que je sautais dans la Dacia Sandrider et que je pouvais la tester. Je l'ai trouvée facile à conduire, elle est rapide et solide. Le premier jour, nous avons parcourus 270 kilomètres et la même distance le deuxième jour, il n'y a eu aucun problème et nous avons vraiment apprécié. Nous sommes bien préparés pour les prochains tests et j'ai hâte d'arriver au Maroc. "

Même son de cloche pour Philip Dunabin, le directeur technique :

"Nous avons maintenant effectué une série de tests avant de partir dans quelques jours au Maroc pour nos essais dans un environnement de rallye réel. Jusqu'à présent, tout s'est étonnamment bien déroulé et sans problèmes majeurs. Nous avons également pu travailler beaucoup plus sur la configuration de la suspension que prévu. La durée du test a aussi été suffisante pour tester différents réglages de la transmission."

"La suspension a été revue en profondeur non seulement lors des essais Sweet Lamb, mais surtout lors des essais du Château de Lastours. Tout semble très positif, car il y a juste quelques petites choses que nous pouvons régler assez rapidement. Malgré toute l’euphorie, il nous reste encore beaucoup de travail à faire pour remettre la Dacia Sandrider en condition de course. Désormais, tout le monde dans l’équipe travaille dur pour bien se préparer pour le Maroc et nous sommes vraiment impatients de poursuivre prochainement nos préparatifs pour le Dakar."

 

Galerie: Dacia Sandrider (2024): Tests au Dakar