Seuls les connaisseurs absolus de la marque le savent probablement : Alfa Romeo a longtemps construit des véhicules utilitaires. Entre 1930 et 1967, des camions lourds sont sortis des chaînes de production, et dans les années 1950, le véhicule tout-terrain Matta a également été produit. De 1954 à 1983, on trouve l'Alfa Romeo Romeo (ce n'est pas une faute de frappe !) et les futures séries F11 à A12.

Le successeur de cette série de camionnettes est constitué de deux véhicules qui suscitent spontanément l'étonnement de l'observateur : un Fiat Ducato et un Iveco Daily avec un Scudetto Alfa dans la calandre. Il doit y avoir du Photoshop dans l'air ! Cela n'a jamais existé ! Si, mais seulement en Italie.

Prenons les choses dans l'ordre : Tout commence en 1978 avec une joint-venture appelée "Sevel". Cette abréviation signifie "Società Europea Veicoli Leggeri", c'est-à-dire à peu près "Société européenne pour les véhicules utilitaires légers". Les groupes Fiat et PSA y participent chacun à hauteur de 50 %, en quelque sorte une étape préliminaire à l'association Stellantis actuelle.

Une grande usine est créée à Atessa, en Italie, qui existe encore aujourd'hui. Le contexte économique est évident : le développement commun de véhicules utilitaires permet d'économiser de l'argent et des ressources. Des exemples similaires sont le premier Mercedes Sprinter alias VW LT, Toyota en association avec Stellantis ou tout récemment le nouveau Transporter VW T7 sur la base du Ford Transit/Tourneo Custom.

Alfa Romeo AR6 (1985-1989)

Alfa Romeo AR6 (1985-1989)

Mais revenons au début des années 1980 chez Sevel : c'est là que sortent des chaînes de production, à partir de janvier 1982, le Fiat Ducato I ainsi que les Citroën C25, Peugeot J5 et Talbot Express (type 280) en tant que véhicules utilitaires légers jusqu'en août 1990.

La joint-venture se manifeste par des véhicules quasiment identiques entre les cinq marques initiales, puis les trois dernières, des deux partenaires de coopération. Ainsi, la première génération du Ducato est en grande partie identique à la Peugeot J5, à la Citroën C25 et à la Talbot Express.

En Italie, le Ducato est finalement aussi proposé sous le nom d'Alfa Romeo AR6 d'avril 1985 à décembre 1989. Pourquoi si tard ? Eh bien, c'est à ce moment-là que se prépare le rachat d'Alfa par Fiat. Et après l'abandon de l'A12, la marque d'Arese semble apparemment voir encore une clientèle pour les véhicules utilitaires légers.

Galerie: Alfa Romeo AR8 (1978-1985)

Qui est apparemment assez grand pour en rajouter une couche sous la forme de l'Alfa Romeo AR8. Depuis 1973 déjà, Fiat, Alfa Romeo et Officine Meccaniche (OM) développent un grand fourgon sous le nom de Fiat série S, qui est finalement présenté en 1978 sous le nom de Fiat Daily. Plus tard, la série a été unifiée sous le nom d'Iveco Daily.

L'Alfa Romeo AR8, tout comme le futur AR6, est exclusivement disponible en Italie. La série AR comprend initialement trois modèles de base : "30 AR.8", "35 AR.8" et "40 AR.8", dont la charge utile varie entre 1300 et 2000 kg.

Tous les modèles sont équipés du même moteur diesel "Fiat-Sofim 8140", un moteur 4 cylindres à injection indirecte et préchambre. Le moteur a une cylindrée de 2.445 cc et développe 72 CV DIN à 4.200 tr/min. La boîte de vitesses dispose de cinq rapports en marche avant et d'une marche arrière.

Alfa Romeo AR8 (1978-1985)

Alfa Romeo AR8 (1978-1981)

Avec ses longerons en C, le châssis répond aux critères des véhicules utilitaires plus lourds. S'y ajoutent des freins à disque sur l'essieu avant. La cabine est une semi-remorque avant dont l'essieu avant se trouve devant les portes.

La gamme comprend au total pas moins de 40 versions avec des empattements et des hauteurs différentes, adaptées au transport de marchandises et de personnes sous forme de minibus.

Lors d'une première révision de la série de modèles en 1979, le nombre de versions passe à 57.

Alfa Romeo AR8 (1978-1985)

Alfa Romeo AR8 (1978-1981)

Le 1er janvier 1981, l'usine Alfa Romeo "Apomi" de Pomigliano d'Arco, près de Naples, où sont produits les moteurs d'avion et tous les modèles de véhicules utilitaires de la marque, est transformée en une double filiale, dont l'une est rebaptisée "ARAVIO" et intégrée à Alfa Romeo Avio, tandis que l'autre s'appelle désormais "ARVECO" et dépend de la division "Alfa Romeo Veicoli Commerciali".

Lors du 7e Salon des véhicules industriels et commerciaux de Turin en mai 1981, Alfa Romeo présente officiellement la deuxième série de l'AR8. Cette deuxième série se caractérise par un habitacle modifié. À cela s'ajoutent de meilleures performances de conduite grâce à un nouveau moteur turbo dont la cylindrée reste la même, mais dont la puissance passe à 95 CV.

Alfa Romeo AR8 (1978-1985)

Alfa Romeo AR8 (1981-1988)

De même, une redéfinition de la gamme a lieu avec les nouvelles versions "minibus" et "Scuolabus", un véhicule très spécial et réglementé en Italie, ainsi qu'une version "combi". La gamme comprend désormais 44 variantes.

La même année, en 1981, le Fiat Ducato et sa variante marquée au nom d'Alfa Romeo AR6 sont lancés. La production de la série AR8 se poursuit jusqu'à fin 1987. À partir du 1er janvier 1988, Alfa Romeo ne commercialise plus de véhicules utilitaires, mais uniquement des automobiles. Ils sont remplacés par la gamme Fiat Professional.