Le défi ? Renouveler le best-seller de la gamme Volvo. Et c'est réussi !

Après les XC90, S90 et V90, voici que la nouvelle offensive de Volvo sur le premium s’étend à la gamme inférieure badgée 60. Quand on parle de "gamme inférieure", on parle de taille, pas de prestations. Et visuellement, le nouveau XC60, le premier à débarquer, s’affirme comme un véritable petit XC90. Il faut dire qu’ils partagent tout deux la même plateforme SPA, et donc nombre de technologies et motorisations. Et c’est tant mieux !

Pour Volvo, renouveler ce XC60 est en effet un challenge de taille puisqu’il s’agit tout simplement du modèle le plus vendu de la gamme du constructeur suédois. Avec des ventes qui n’ont cessé de croître depuis l’arrivée de la première génération en 2008, jusqu’à cette année 2017 durant laquelle elle laissera place à cette nouvelle et seconde génération. Alors justement, quels sont ses atouts pour réussir ? Comment Volvo fait de la sécurité son argument majeur ? Le XC60 se hisse-t-il enfin au niveau de ses rivales allemandes, les BMW X3, Audi Q5 et Mercedes GLC... Sans oublier les italiennes et britanniques, Alfa Stelvio, Jaguar F-Pace et bientôt le Range Rover Velar ? Réponse au volant du XC60 D5 AWD de 235 chevaux, sur les belles routes du Lubéron.

Essai Volvo XC60

Lire aussi:

Chic, mais jamais bling bling

D’extérieur, bien malin celui qui arrive à le distinguer d’un coup d’oeil du grand frère XC90. En les mettant à côté en revanche, le XC60 apparaît beaucoup plus à taille "humaine". Avec 4,69 mètres de long et 1,90 m de large, le SUV a pourtant pris des épaules par rapport à son prédécesseur. En revanche on passe de 1,71 à 1,65 mètres de haut. Ça permet d’abaisser le centre de gravité, mais aussi d’apparaître plus léger visuellement, malgré des dimensions globales en hausse. L’empattement aussi a été allongé, ce qui profite surtout à l’espace intérieur.

Pour le reste, le XC60 joue plus la carte de l’élégance et du classicisme, là où la concurrence n’hésite pas à forcer le trait de l’agressivité. Le mimétisme avec la gamme 90 est frappant, de la calandre imposante au désormais fameux feux en marteau de Thor, dieu du Tonnerre de la mythologie nordique, en passant par les feux verticaux à l’arrière, une signature de la firme de Göteborg depuis des décennies. Notre finition haut de gamme Inscription Luxe fait la part belle aux chromes, des lamelles de calandre aux contours de vitres, en passant par les bas de portes. C’est chic, mais jamais bling bling. Notre modèle d’essai s’offre des jantes de 20 pouces du plus bel effet. Une option à 720 €.

Essai Volvo XC60
Essai Volvo XC60

Un cocon zen

L’habitacle lui non plus ne s’éloigne pas de ce qui se fait sur la gamme supérieure. Baigné de lumière, grâce à un toit panoramique ouvrant de série sur notre finition, il est à l’automobile ce que le design scandinave est à l’architecture d’intérieur. C'est épuré, beau, agréable à l’oeil, bien fini, avec des matériaux comme de l’aluminium ou du cuir Nappa. Un cocon zen qui invite au voyage. Gros bémol en revanche sur cet horrible bout de plastique qui délimite la console centrale, que l’on remarque vite au toucher. C’est dommage, on frôlait le sans faute, mais quand même pas de quoi faire oublier le reste, loin de là.

Essai Volvo XC60
Essai Volvo XC60
Essai Volvo XC60
Essai Volvo XC60
Essai Volvo XC60

Et puis par rapport au premier XC60, les boutons ont disparu. Tous. Ou presque. On retrouve en effet ce grand écran tactile vertical de 9 pouces qui prend toute la console centrale et regroupe toutes les fonctions de la voiture. De la navigation à la climatisation, en passant parle système audio, le système Apple CarPlay et Android Auto, pour avoir les icônes de votre smartphone directement sur l’écran… L’expérience utilisateur est plutôt bien pensée, la navigation entre les menus aisée, la réactivité du tactile parmi l’une des meilleures actuellement. Il y aura juste un petit temps d’adaptation, mais c’est comme quand on achète un nouveau smartphone !

Essai Volvo XC60
Essai Volvo XC60
Essai Volvo XC60

Un second écran horizontal de 12,3 pouces vient lui se loger derrière le volant, reproduisant le compteur de vitesse et le compte-tour, et permettant aussi de visionner la navigation par exemple ou tout ce qui est relatif à l’ordinateur de bord, consommation, temps de trajet… Et comme si ça ne suffisait pas, notre XC60 d’essai optait aussi pour la vision tête haute, avec des infos projetées face au conducteur, sur le pare-brise, une option à 1200 €. On ne sait plus où donner de la tête.

Petit tour à l’arrière avec une habitabilité en nette progression. Trois adultes prendront aisément place, la place du milieu restant conseillée pour des trajets plutôt courts. La banquette se rabat en 60/40 en un tournemain, grâce à deux boutons situés dans le coffre, pour libérer un plancher entièrement plat. Le coffre offre lui de 505 à 1432 litres de chargement, ce qui reste légèrement en deçà des concurrentes allemandes. Mais pas ridicule non plus. Avec la suspension pneumatique, il est possible d’abaisser le seuil de chargement directement via un bouton situé dans le coffre. Pratique !

Essai Volvo XC60
Essai Volvo XC60

Confort à la ville, dynamique en campagne

Pas de clé pour démarrer le 4 cylindres turbo de notre XC60 D5, mais un bouton en aluminium à tourner, au centre de la console centrale. Première bonne surprise, le moteur reste discret, l’insonorisation est réussie. La boîte Geartronic à 8 rapports se montre elle plutôt douce et bien étagée de manière générale, quelques à-coups lors de redémarrage en ville par exemple venant légèrement ternir le tableau. Très typé confort notamment grâce à sa suspension pneumatique, ce XC60 ne souffre même pas de ses jantes de 20 pouces. Mais il faut se méfier de l’eau qui dort !

En effet, la molette centrale, au pied du levier de vitesse, permet de varier de mode de conduite. Comfort (par défaut), Eco, Off-road, Individual (à paramétrer)… et Dynamique ! Car ce XC60 sait aussi se montrer plus incisif dans la direction, plus efficace dans les montées de régime, plus mordant dans le freinage. Et il ne rechigne surtout pas à faire parler les 235 chevaux et 480 Nm de couple. Et avec les suspensions raffermies, la tenue de route se montre à la hauteur. On notera quand même juste une petite prise de roulis en mode confort, rien d’éliminatoire.

Essai Volvo XC60
Essai Volvo XC60

En ville, ses dimensions restent raisonnables, et il est bien aidé par un bon angle de braquage, et des caméras tout autour de la voiture qui seront les meilleures amies de vos jantes et bas de caisse.

Mais comment évoquer la conduite sans le sentiment de sécurité qui règne à bord de ce Volvo XC60. Ca s’explique évidemment par les systèmes d’aide à la conduite actifs, à foison, qui font écho à l’objectif que la firme suédoise s’est fixé pour 2020 : zéro mort ou blessé grave dans une voiture neuve de la marque. Cela passe donc par une conduite semi-autonome, qui veille au grain, aussi bien sur le conducteur que sur l’environnement de la voiture. Freinage d’urgence avec détection des piétons, cyclistes, véhicules mais aussi grands animaux (ça marche sur les élans, en Suède, mais aussi sur les chevaux, moutons et vaches chez nous !), alerte au franchissement de ligne et alerte d’angle mort avec action sur la direction pour remettre la voiture dans le droit chemin, assistant d’évitement aux collisions frontales… Si on espère évidemment ne jamais avoir à déclencher un seul de ces systèmes, ça rassure. Et puis en conjuguant les efforts du régulateur adaptatif et de l’alerte active au franchissement de ligne, la voiture peut presque conduire toute seule. Attention toutefois à rester vigilant, on ne parle pas encore de conduite autonome. Les mains sur le volant restent obligatoires... et la voiture saura vous le rappeler !

Et pour ceux qui trouveraient ces technologies trop intrusives, elles sont facilement déconnectables via l’écran central. C’est nécessaire par exemple sur petite route de campagne, sans marquage central, d’enlever le franchissement de ligne actif, effectivement peu adapté à certaines situations.

Essai Volvo XC60

Voir aussi:

Conclusion

Le Volvo XC60 de seconde génération est né sous de bons auspices. Esthétiquement réussi, il s’offre une place de choix chez les SUV premium, avec une personnalité à part, très attachante. Un Scandinave qui mérite de faire mal aux allemandes. D’autant que l’argument de la sécurité fait mouche et le place à la pointe de ce qui se fait sur le segment.

Si l’offre de motorisations est encore réduite, 190 et 235 ch en diesel, elle s’enrichira dès la fin d’année, voire début 2018, avec l’ajout également de versions deux roues motrices et de boîtes de vitesses manuelles. De quoi faire baisser la facture autour des 38’000 € d’entrée de gamme.

En attendant, il faudra débourser minimum 46’900 € pour s’offrir ce Volvo XC60. Notre version d’essai, avec ses nombreuses options, grimpait même à 75’815 €, en finition haut de gamme Inscription Luxe, avec de nombreuses options en plus. Est-ce que c’est cher ? Oui. Est-ce que ça les vaut ? Oui aussi, compte tenu de ce qui se fait chez les concurrents allemands. Une chose est sûre, c’est que Volvo a mis les moyens de ses ambitions pour remplacer la première génération, et que le succès de ce nouveau XC60 est plus qu’amplement mérité. Les premiers mois de commercialisation sont visiblement au-delà des attentes du constructeur. L’arrivée sur nos routes est elle attendue pour septembre 2017.

Photos : Mael Pilven / Motor1.com

 

 

 

Points positifs Points négatifs
Look de mini XC90 aux dimensions "humaines" Même rares, quelques plastiques indignes à l'intérieur
Confort à l'intérieur, confort de conduite Tarif encore élevé, en attendant versions de base
Vivacité du bloc D5 de 235 chevaux Volume de coffre 

 

Volvo XC60

Motorisation 4 cylindres en ligne, 1969 cm3, Turbo
Puissance 235 chevaux, 480 Nm entre 1750 et 2250 Nm
Transmission Boîte de vitesse automatique Geartronic à 8 rapports
Type de transmission Intégrale
0-100 km/h 7,2 secondes
Vitesse de pointe 220 km/h
Places 5 places
Volume de coffre 505 à 1432 litres
Economie de carburant Urbain : 5,2 l/100 km / Extra-urbain : 6,1 l/100 km / Mixte : 5,5 l/100 km
En vente Vente : Mars 2017 / Première livraisons : Septembre 2017
Prix de base 46'900 euros
Prix de la version testée 75'815 euros

Faites partie de quelque chose de grand