La même en mieux ?

On ne présente plus la Mazda MX-5. Dans un monde où l'automobile est en pleine mutation et subit certainement le plus grand virage jamais entrepris dans son histoire, certaines voitures arrivent encore à faire face au tumultueux législateur. La petite japonaise fait bien évidement partie de cette caste, sans pour autant jouer les gros bras. Elle n'a jamais vraiment voulu jouer les dures dans un monde où la supercar "moyenne" dépasse allègrement la barre des 600 chevaux désormais. La Mazda MX-5 n'a pas encore franchi le cap des 200 chevaux dans son histoire, elle les franchira peut-être un jour, mais gardera-t-elle l'essence même de sa philosophie ? Celle d'un petit roadster léger et très amusant à conduire ?

Mazda MX-5 RF
Mazda MX-5 RF

En France, la Mazda MX-5 de quatrième génération est arrivée en 2015 et est proposée sous deux motorisations différentes : un quatre cylindres 1,5 litre Skyactiv-G de 132 chevaux (auparavant 131 chevaux) et un quatre cylindres 2,0 litres Skyactiv-G de 184 chevaux (celui-ci remplace l'ancienne version de 160 chevaux). Deux carrosseries sont-elles aussi disponibles : la version soft avec la capote souple et rétractable à la main, et la version RF, un peu plus lourde de par son toit escamotable en dur et son mécanisme automatisé. C'est cette dernière que nous essayons aujourd'hui, indexée à une boîte manuelle évidemment, pour nous rendre compte si oui ou non cette petite mise à jour mécanique − et pas que − s'inscrit dans la lignée de celle qui ont fait la légende de ce modèle.

Mazda MX-5 RF
Mazda MX-5 RF
Mazda MX-5 RF

Si nous vous laissons seul juge concernant le style de l'auto, force est de constater qu'elle attise tout de même largement plus les pouces levés que les regards renfrognés. Elle est mignonne, un brun aguicheuse avec ses optiques à l'avant finement ciselées, encore plus quand elle est habillée de cette teinte "Eternal Blue Mica" qui se mélange à la perfection à cet intérieur en cuir "Chroma Brown". C'est un peu cette chanteuse des cabarets, à la fin des années 50, qui faisait tourner la tête de tous les gentlemen, tous tirés à quatre épingles, dans l'espoir de repartir bras dessus bras dessous avec la star de la soirée.

Ceux pour qui le physique ne compte pas mais pour qui la beauté intérieure est plus légitime, sachez d'une part que vous vous mentez à vous-même, et sachez d'autre part que ce n'est pas pour ça que vous craquerez pour la MX-5. Parlons-en quand même de cet intérieur : simple et ergonomique, il s'inscrit dans les nouveaux codes de la marque. Loin des standards du premium en raison de matériaux moins nobles et de quelques ajustements perfectibles, on oublie rapidement toutes ces futilités une fois que l'on allume le moteur. Puisqu'il faut en parler, signalons toutefois que Mazda a pris en compte les remarques de ses clients et propose désormais un volant réglable en profondeur (sur trois centimètres) et des sièges au degré d'inclinaison optimisé. Les ingénieurs n'ont malheureusement pas trouvé de solutions pour éviter que la boîte de vitesses viennent mordre sur l'espace aux jambes du passager. De ce fait, la place devient assez inconfortable, notamment lors des longs trajets, d'autant plus que l'assise n'est pas forcément des plus moelleuse.

Mazda MX-5 RF
Mazda MX-5 RF
Mazda MX-5 RF
Mazda MX-5 RF
Mazda MX-5 RF

Avant de passer aux sensations de conduite, passons obligatoirement par un petit cours de mathématiques pour comprendre ce qui s'est passé sous le capot. Les ingénieurs ont revu le conduit d’admission, les soupapes, la pression de l'injection, le débit d’air et les frictions. Tout ça nous donne un gain de 24 chevaux et de 5 Nm de couple (205 Nm). Le régime maximum passe de 6800 à 7500 tr/min et le couple maximal est disponible 600 tr/min plus bas, dès 4000 tr/min. Le 0 à 100 km/h est désormais abattu en seulement 6,8 secondes (contre 7,3 secondes pour le moteur de 160 chevaux) et la vitesse maximale est de 220 km/h. Avec un poids dépassant légèrement la tonne (1055 kilos), tous les voyants sont au vert pour passer un agréable moment.

Contact, et le moteur émet une sonorité plutôt sympathique sans être enivrante à bas régime. De ce côté, sa petit sœur de 132 chevaux fait un peu mieux. D'emblée, la voiture nous paraît plus nerveuse et plus sportive, même si notre version d'essai ne bénéficie pas de tous les accoutrements de la sportive idéale, mais plutôt d'un ensemble plus cossu (pas de Pack Sport, mais un Pack Innovation à 1000 euros comprenant l'alerte conducteur, l'aide au freinage d’urgence, la lecture des panneaux et la caméra de recul). Une fois les autoroutes loin derrière nous, et tant mieux car calé à 130 km/h avec un régime moteur en sixième à plus de 3000 tr/min ça épuise, il est temps de voir ce que vaut cette MX-5 sur les petits lacets normands.

Équilibrée, agile, facile à prendre en main... Globalement nous retrouvons tout ce qui a fait le succès de cette quatrième génération, avec des relances plus spontanées à la sortie de chaque virage.

Équilibrée, agile, facile à prendre en main... Globalement nous retrouvons tout ce qui a fait le succès de cette quatrième génération, avec des relances plus spontanées à la sortie de chaque virage. Le châssis n'a pas subi de modifications et c'est tant mieux, la puissance est toujours distribuée aux roues arrière, ce qui permet de jolies déhanchements à chaque sortie de virage après une remise de gaz trop brutale et un peu d'angle au volant. Notre version d'essai est équipée d'un autobloquant (de série avec le moteur 2,0 litres) permettant d'accroître encore un peu plus son agilité. La direction est précise et offre un très bon feeling, et les débattements courts de la boîte de vitesses, étayés d'un verrouillage ferme, participe au bon dynamisme de l'auto. Les suspensions normales (les Bilstein sont proposées avec le Pack Sport, tout comme la barre anti-rapprochement et les sièges Recaro) offrent une bonne tenue, sans rendre la voiture inconfortable.

Mazda MX-5 RF
Mazda MX-5 RF

Peu gourmande, nous avons relevé durant notre essai sur environ 800 kilomètres seulement 7,4 l/100 km, sans pour autant ménager notre monture. Preuve en est qu'au lieu de s'afférer à rendre les moteurs plus petits, rendons peut-être d'abord les voitures plus légères dans leur conception. En termes de prix, cette mise à jour a occasionné une petite hausse tarifaire de 300 euros par rapport à la précédente mouture. Si la Mazda MX-5 RF débute à partir de 28'400 euros, il faudra compter pas moins de 35'700 euros pour notre version équipée de la finition "Sélection", hors frais d'immatriculation. En plus de ça, il faut ajouter un malus de 3290 euros en raison de rejets de 156 g/km de CO2. Avec la carte grise, cela nous donne une facture finale d'environ 40'000 euros. Pour un petit roadster plaisir, ça commence à faire.

Heureusement, vous pouvez toujours opter pour la version soft avec capote souple et le petit 1,5 litre de 132 chevaux (qui gagne en plus de ça un peu de couple au passage) à un tarif aux alentours de 30'000 euros, frais d'immatriculation inclus (1373 euros de malus "seulement"). C'est sur cette configuration qu'irait plutôt notre choix, plus dans l'esprit de la MX-5 originelle, et surtout bien moins onéreuse. Malgré tout, cette proposition RF et ce nouveau moteur de 184 chevaux ne trahissent pas l'ADN qui a fait le succès de l'auto, bien au contraire. Son excellent châssis fait toujours mouche, comme sa gueule d'ange et son aura resté intacte depuis maintenant quasiment 30 ans.

 
Points positifs Points négatifs
Comportement dynamique Quelques plastiques moyens à bord
Boîte de vitesses aux débattements courts Place passager peu confortable 
Moteur engageant et vigoureux Tarifs élevés

Mazda MX-5 RF Sélection

Motorisation Essence Skyactiv-G, 4 cylindres en ligne, 1998 cm³, atmosphérique
Puissance 184 chevaux / 205 Nm
Transmission Boîte manuelle à six rapports
Type de transmission Propulsion
0-100 km/h 6,8 secondes
Poids 1055 kg
Volume de coffre 173 litres
Places 2
Economie de carburant Urbain : 8,4 l/100 km / Extra-urbain : 5,9 l/100 km / Mixte : 6,9 l/100 km
En vente 2018
Prix de base 28'400 €
Prix de la version testée 35'700 €

Galerie: Essai Mazda MX-5 RF : 2.0 Skyactiv-G 184 ch