Qui a dit qu’il n’était pas possible de partir en famille au volant d’une voiture plaisir ?

Sur la route des vacances, ce sont des ribambelles de SUV, de monospaces, de breaks et de berlines en tout genre qui se suivent. Dans des couleurs ternes. Et en général avec la plage arrière obstruée par des affaires qui n’ont pas réussi à se glisser dans le coffre. Dans ce paysage autoroutier terne, de toute façon, il est toujours possible de se faire plaisir. Et pas seulement au bout de la route, à destination. Mais dès le départ. Et si on partait en vacances dans une voiture "plaisir" ?

Quand on dit voiture plaisir, on entend par là une voiture qui ait de la gueule. Qui ait un moteur avec du répondant. Et un vrai bruit. Sportive, mais pas trop. Avec un soupçon de polyvalence tant qu’à faire. Et puisqu’on y est, pas forcément la plus chère non plus. On a trouvé notre bonheur : la Ford Mustang Bullitt ! Encore faut-il qu’elle puisse embarquer enfant, siège bébé, et tout ce qui va avec : poussette, lit… Y aura-t-il encore de la place pour la valise ? C’est parti pour quelques jours de vacances en famille dans la sportive la plus vendue dans le monde !

Essai Ford Mustang Bullitt en vacances

La Mustang et le siège bébé

Au moment de remplir la voiture, on est quand même un peu fébrile. Le siège bébé va-t-il rentrer ? On avait pourtant bien vérifié la configuration des places arrière de la Mustang. Et la présence d’accroches Isofix. Mais ce gros machin de 15 kilos va-t-il seulement passer dans l’ouverture de la porte ? Soulagement : c’est oui pour tout !

Non seulement il rentre aisément une fois le siège passager avant avancé et plié, mais en plus il vient facilement trouver les accroches Isofix habilement cachées derrière deux fentes dans le dossier arrière. Et dernière bonne surprise : il y a même le 3ème point d’accroche, le crochet pour la sangle "Top Tether" sur la plage arrière. Attention toutefois à ceux qui souffrent du dos, la manoeuvre est étroite. Mais en 30 secondes, c’est fait ! De quoi exorciser ce vieux cauchemar du cosy dans l’Aston Martin DB11 V8, et ses 30 minutes de manipulation pour réussir à rentrer le siège à bout de bras entre les sièges avant, à accrocher une ceinture de sécurité presque trop courte, le tout plié en deux à 90°… Les enfants grandissent, les sièges auto aussi, et il est clair que ce siège Niveau 2 ne serait pas passé dans la GT anglaise.

Dernière bonne surprise avec le siège bébé, sa position, suffisamment haute pour que votre enfant puisse regarder dehors, notamment grâce à une assise creusée et le bout du siège qui se retrouve assez haut. Les fentes Isofix dans le dossier témoignent de la hauteur de l’installation.

Essai Ford Mustang Bullitt en vacances
Essai Ford Mustang Bullitt en vacances

Une GT qui a du coffre

Deuxième test : celui des bagages. Alors certes nous ne sommes pas une famille nombreuse. Seulement trois personnes dont un bébé d’un an et demi. Mais à elle seule, cette petite tête blonde de 80 cm demande un attirail conséquent. Et c’est aux parents de faire des économies de place si l’on veut "rentrer à trois" dans la grande valise. D’autant qu’il faut encore ajouter le lit bébé, le matelas qui va avec, la poussette (la plus compacte du marché mais quand même), la trottinette (encore en position assise)… Nouvelle source d’angoisse avant de partir. Et nouveau soulagement avec cette Ford Mustang : après une petite partie de Tetris, tout rentre. Il y a encore de la place pour le panier de place, le seau et les pelles et d’autres petits sacs. Mous.

Essai Ford Mustang Bullitt en vacances

Il faut dire que le coffre est profond. Il offre 408 litres de volume de chargement. Et puis s’il reste des choses à ajouter, il y a toujours la quatrième place qui peut accueillir quelques sacs et/ou valises supplémentaires. Avec la possibilité d’ajouter des objets plus longs, en rabattant ce siège arrière pour l’ouvrir sur le coffre. Pratique. Oui, pratique, même sur un coupé de près de 500 chevaux.

À titre de comparaison, les deux coupés les plus proches en taille de cette Mustang de 4,78 m de long, la Chevrolet Camaro (4,78 m) et la Lexus LC (4,77 m) proposent respectivement 260 et 197 litres de chargement…

Essai Ford Mustang Bullitt en vacances
Essai Ford Mustang Bullitt en vacances
Essai Ford Mustang Bullitt en vacances

Bercé au son du V8

On les entend les commentaires de l’autre côté de la haie : "Bullitt ? C’est quoi ?". Il est vrai qu’à part les logos sur les jantes, le Mustang au galop, rien ne permet aux novices de distinguer ni la marque, ni le modèle. Ceci dit, certains la reconnaissent immédiatement comme une américaine : "Wouaaah la Chevrolet Camarooo !!". Loupé. Mais c’est aussi le détail sympa de cette Mustang Bullitt : difficile de parler de discrétion, tant le look est tape à l’oeil. Mais ce vert Highland Green est sublime. Les jantes noires n’en font pas trop. Et il n’y pas de chromes partout. Moins que sur une Focus Vignale par exemple.

Essai Ford Mustang Bullitt en vacances
Essai Ford Mustang Bullitt en vacances

Et puis il y a le bruit du V8 5.0 litres, qui développe ici 460 chevaux, contre 450 chevaux sur une Mustang GT (voire 430 en boîte auto). En appuyant sur le bouton Stop & Start, le grommellement du V8 en mode « Normal » réveille tout le quartier. On adore. Les voisins peut-être moins. Et votre enfant qui n’est pas loin de s’endormir à l’arrière non plus. Alors il est possible de passer directement en quelques pressions sur les boutons au volant en mode « Silencieux », pour s’assurer que bébé ne sursaute pas. Et là la Mustang se fait aussi petite qu’un poney Shetland. Ceci dit, au contraire, en repassant en en mode cruising, sans dépasser les 2000 tr/min, le ronronnement du moteurs, ses glouglous à chaque pression de l’accélérateur (le couple de 530 Nm permet de se relancer), peuvent vous bercer votre enfant jusqu’à ce que ses paupières se fassent lourdes ! Le mode S+ reste relativement doux et confortable pour que votre enfant reste à l’arrière. Mais on peut aussi garder à l'esprit qu’il y a un mode Piste, voire même Dragster pour les jours où on a besoin de se lâcher. Sur piste évidemment.

Essai Ford Mustang Bullitt en vacances

Conclusion

Qui a dit qu'on ne pouvait pas partir en vacances en famille et se faire plaisir au volant ? Pourquoi toujours mettre en opposition voiture familiale et voiture sportive ? Évidemment on grossit un peu le trait, un monospace, un break ou un SUV restera toujours plus habitable, plus pratique pour une famille. Surtout si celle-ci ne se réduit pas seulement à un/une conjoint(e) et un bébé en bas âge. Il est aussi possible d'aller dans les gammes S ou RS d'Audi, ou de se plonger dans l'immense gamme (plus de 60 modèles !) de Mercedes-AMG pour trouver des modèles qui combinent tout. Mais la preuve avec cette Ford Mustang Bullitt et son V8 5.0 litres qu'un coupé peut aussi très bien faire l'affaire et qu'il fait preuve d'une polyvalence qui ne viendrait pas immédiatement à l'esprit. Vivement les prochaines vacances !

Ford Mustang

Motorisation Essence, huit cylindres en V, 4951 cm³, atmosphérique
Puissance 460 chevaux à 7250 tr/min
Couple maximum 530 Nm à 4600 tr/min
Transmission Boîte manuelle à six rapports
Type de transmission Propulsion
0-100 km/h 4,6 secondes
Vitesse maximum 249 km/h
Longueur 4,78 mètres
Largeur 1,91 mètre
Hauteur 1,38 mètre
Poids 1818 kilos
Volume de coffre 408 litres
Places 4 personnes
Émissions Urbain : 16,6 l/100 km / Extra-urbain : 8,8 l/100 km / Mixte : 12,4 l/100 km
En vente 2018
Prix de base 54'900 €
Prix de la version testée 56'900 €

Galerie: Partir en vacances en sportive / Ford Mustang Bullitt