Après plus de 800 kilomètres à son bord, l'Audi A3 Sportback 35 TDI est-elle la compacte idéale pour de longs voyages ?

Curiosité du calendrier ou stratégie interne, l'Audi A3 fut présentée à quelques semaines d'intervalle que deux de ses concurrentes internes, à savoir la Volkswagen Golf et la Seat Leon. Bâties autour de la plateforme MQB Evo, les A3, Golf et Leon partagent de nombreux éléments techniques en commun.

Un peu trop au point de se demander si les vocations premium de l'A3 font réellement la différence face à une concurrence interne aux frontières du premium ? Probablement, même si Audi vise toujours deux autres rivales qui se sont aussi affûtées récemment, à savoir les BMW Série 1 et Mercedes Classe A. Face à ses deux concurrentes premium, l'Audi A3 est pourtant la plus âgée puisqu'elle en est déjà à sa quatrième génération et s'est écoulée à plus de cinq millions d'exemplaires depuis 1996.

Essai Audi A3 Sportback (2020)

Évolution plus que révolution

Comme vous pouvez vous en apercevoir via les photos à disposition, la nouvelle Audi A3 Sportback n'évolue que très peu par rapport esthétiquement parlant par rapport à celle qu'elle remplace. Comme à son habitude, les modèles à succès évoluent avec parcimonie chez Audi pour ne certainement pas trop chambouler les habitudes de ses précieux clients.

Pour trouver de vraies nouveautés, il faut plutôt s'installer à bord avec un tableau de bord entièrement repensé. Par bonheur, l'Audi A3 n'a pas succombé à la mode du tout numérique. De ce fait, il y a certes deux écrans sur notre version d'essai, mais les commandes physiques et les raccourcies pour accéder aux menus des écrans sont toujours présents. Contrairement à la Volkswagen Golf, il n'y a pas besoin de se perdre dans les menus pour activer la ventilation puisque tous les boutons sont encore physiques.

Essai Audi A3 Sportback (2020)
Essai Audi A3 Sportback (2020)
Essai Audi A3 Sportback (2020)
Essai Audi A3 Sportback (2020)
Essai Audi A3 Sportback (2020)

Toujours tirée à quatre épingles à l'intérieur cette A3 ?

Les matériaux sont toujours de qualité, comme les assemblages, même si l'Audi A3 perd à nos yeux en qualité perçue par rapport à l'ancienne génération avec des plastiques durs sur certaines parties, notamment sur les contre-portes, ou encore des éléments en plastique noir laqué très salissant et qui laissent beaucoup de traces de doigts.

Ces étonnantes économies de bouts de chandelle ne sont pas franchement justifiées, d'autant plus que les tarifs sont toujours élitistes en comparaison de ses rivales du groupe Volkswagen qui font à peine moins bien à ce niveau. Ce n'est pas forcément une surprise car nous avions déjà soulevé ce léger souci sur les A1 et Q2, avec beaucoup d'inégalités entre la qualité des différents matériaux.

En termes d'habitabilité, l'Audi A3 est plutôt accueillante aux places arrière avec suffisamment d'espace pour deux adultes. Le volume du coffre oscille entre 380 et 1200 litres, soit à peu de chose près le même volume qu'une Volkswagen Golf. Notre version d'essai, bardée d'options, bénéficie du hayon électrique en option à 450 euros. Un équipement encore assez rare dans cette catégorie de véhicules.

Essai Audi A3 Sportback (2020)
Essai Audi A3 Sportback (2020)
Essai Audi A3 Sportback (2020)

Des qualités dynamiques en progression ?

Pour notre essai, nous nous sommes rendus du côté de Marseille et de son arrière-pays afin de profiter de ses qualités dynamiques. Pourtant, les petits virages ce n'est pas forcément le terrain de jeu favori de l'Audi A3, cette dernière préférant jouer la carte de la sécurité en bridant en quelque sorte les sensations. Est-ce que cette quatrième génération va balayer nos idées reçues ?

Notre version d'essai, équipée de la finition "S line" (avec suspension Sport et hauteur de caisse rabaissée de 15 millimètres), est bien pourvue avec un train arrière multibras de série à partir des moteurs de 150 chevaux et un amortissement piloté sur trois modes (en option à 1120 euros). Direction précise, tenue de route efficace, roulis maîtrisé... L'Audi A3 Sportback coche toutes les bonnes cases.

Essai Audi A3 Sportback (2020)
Essai Audi A3 Sportback (2020)

Le moteur quatre cylindres TDI de 150 chevaux et 360 Nm de couple brille par sa souplesse d'utilisation et ses très bonnes prestations en conduite dynamique, bien aidé par une boîte de vitesses S tronic à sept rapports mieux gérée qu'auparavant en conduite dynamique, bien qu'un poil toujours paresseuse au moment de rentrer un ou deux rapports. Même en conduite dynamique, le petit moteur diesel de 150 chevaux reste assez frugal avec une consommation moyenne qui n'excède pas 6,5 l/100 kilomètres.

Plus dynamique cette Audi A3 Sportback, c'est sûr, mais elle a aussi la bonne idée de ne pas détériorer son confort. Il faut dire que les jantes de 17 pouces de notre modèle d'essai (qui ne sont pas vendues en France) participent certainement au bon confort général de notre auto, qui trouve ainsi le juste compromis entre bonne filtration des petites irrégularités et mouvements de caisse bien gérés sur les ondulations.

Essai Audi A3 Sportback (2020)

Le test sur autoroute pendant plus de 700 kilomètres

Pour essayer dans toutes les conditions notre Audi A3, le lendemain nous avons pris la route de Marseille vers Paris, l'occasion de faire un petit bilan sur les consommations et le confort global de la voiture sur environ 770 kilomètres.

L'essai se déroulait sous la forme d'un challenge de consommation avec d'autres confrères, nous partions de Marseille avec le plein de diesel fait et le réservoir scellé jusqu'à Paris. De notre côté, nous avons choisi de rouler au régulateur de vitesse à 130 km/h durant tout le long du trajet, avec évidemment pas mal de phases de ralentissements dues aux innombrables travaux sur l'autoroute A6.

Essai Audi A3 Sportback (2020)
Essai Audi A3 Sportback (2020)

Sur autoroute, notre Audi A3 ne nous a certainement pas déçue en matière de confort, seuls des petits bruits d'air et de roulement viennent ternir le tableau, mais n'oublions pas qu'il s'agit à la base d'une compacte, une vraie berline à coffre et plus élancée comme l'Audi A4 fera sans doute mieux sur cet exercice.

Nous avons aussi eu l'occasion de tester le système de conduite semi-autonome qui mêle maintien de la distance avec les autres véhicules, reconnaissance des panneaux jumelée au régulateur adaptatif ou encore le maintien dans la voie avec le centrage. Globalement, le système semi-autonome alterne le bon et le moins bon, le régulateur de vitesse adaptatif met un temps fou à réaccélérer après qu'un véhicule s'est rabattu.

Essai Audi A3 Sportback (2020)
Essai Audi A3 Sportback (2020)
Essai Audi A3 Sportback (2020)

Le système de maintien dans la voie est aussi un peu trop violent à l'approche d'une ligne blanche et corrigera d'un grand coup de volant la trajectoire. Mieux vaut rester vigilant. Pour le coup, le système de conduite semi-autonome testé sur la nouvelle Volkswagen ID.3 est autrement plus convaincant. 

Après 770 kilomètres entre Marseille et Paris, nous sommes parvenus à atteindre une moyenne de 4,6 l/100 kilomètres en faisant évidemment attention à notre conduite, mais en roulant aux limitations de vitesse, rarement en dessous, jamais au-dessus. À titre indicatif, certains de nos concurrents roulaient en Audi A3 mais avec le moteur essence de 150 chevaux. En adoptant le même type de conduite, ceux-ci sont parvenus à un score honorable de 5,9 l/100 kilomètres.

Essai Audi A3 Sportback (2020)

À quel prix ?

Disponible à partir de 28'200 euros, l'Audi A3 s'intercale entre ses deux rivales, à savoir la BMW Série 1 (à partir de 24'850 euros) et la Mercedes Classe A (28'500 euros) en prix d'appel. Dans cette gamme là, les clients sont plutôt friands de modèles bien équipés, à l'image de notre Audi A3 Sportback pourvue de la finition "S line" et qui voit son tarif grimper à 41'850 euros avec le diesel de 150 chevaux et la boîte automatique. Avec quelques options supplémentaires, notre modèle d'essai est affiché à un peu plus de 46'000 euros.

Une Volkswagen Golf TDI avec pratiquement la même dotation, le même moteur et une boîte automatique ne dépasse pas les 40'000 euros, tandis qu'une Seat Leon peine à atteindre les 35'000 euros. Un surcoût qui n'a jamais vraiment effrayé la clientèle de la marque, d'autant plus qu'il est souvent absorbé dans un financement avec une valeur résiduelle toujours supérieure pour l'Audi A3.

Toujours est-il que ses deux cousines allemande et ibérique n'ont jamais été aussi proches de notre A3 qui, contrairement aux précédentes générations, ne creuse plus vraiment l'écart. Les quatre anneaux sur la calandre suffiront-ils à justifier un surcoût plus important à l'achat sans réelle valeur ajoutée ? Certainement, d'autres modèles de la marque l'ont déjà prouvé.

 
Points positifs Points négatifs
Consommations maîtrisées Gamme sacrément réduite au lancement
Alliance entre confort et dynamisme Tarifs toujours assez élevés
Habitacle moderne et tourné vers le conducteur Quelques étonnants plastiques durs

Galerie: Essai Audi A3 Sportback (2020)

Audi A3

Motorisation Diesel 35 TDI, 4 cylindres en ligne, 1968 cm³, turbo
Puissance 150 chevaux
Couple maximum 360 Nm
Transmission Boîte robotisée à double embrayage à sept rapports - S tronic
Type de transmission Traction
0-100 km/h 8,4 secondes
Vitesse maximum 224 km/h
Longueur 4,34 mètres
Largeur 1,82 mètre
Hauteur 1,45 mètre
Poids 1485 kg (à vide)
Volume de coffre 380 à 1200 litres
Places 5
Economie de carburant Consommation moyenne : 4,6 l/100 km
Émissions 119 g/km de CO2
En vente 2020
Prix de base 28'200 €
Prix de la version testée 46'010 €