L'ancien directeur d'écurie remplace, avec effet immédiat, le dirigeant historique de la Formule 1

L'annonce a fait du bruit dans le Landerneau de la Formule 1. Lundi 23 janvier, au soir, le dirigeant historique de la Formule 1, Bernie Ecclestone, annonçait son départ de la direction de la discipline, poste qu'il occupait depuis le milieu des années 1980 et son bras de fer avec l'ancien président de la FIA, le contesté Jean-Marie Balestre.

Une annonce qui intervient alors que Liberty Media, nouveau propriétaire de la discipline, tardait à officialiser la nouvelle. L'éviction du directeur historique de la Formule 1 peut donc être considérée comme la prise de pouvoir effective du groupe. "J'ai été remercié aujourd'hui", a ainsi déclaré Bernie Ecclestone à Auto Motor und Sport. "Je pars, c'est tout. C'est officiel. Je ne suis plus le leader de la compagnie. Mon poste est pris par Chase Carey."

Le Britannique de 86 ans avoue ne pas trop savoir à quoi s'attendre. "Mon nouveau poste est un terme très américain, quelque chose comme 'président d'honneur'. J'ai désormais ce titre, même si je ne sais pas ce qu'il signifie."

Bernie Ecclestone
Liberty Media

À propos de son avenir : "Mes journées au bureau vont désormais être plus tranquilles. Je me rendrai peut-être sur un Grand Prix à l'avenir. Il me reste beaucoup d'amis en Formule 1, et il me reste suffisamment d'argent pour me permettre de me rendre sur un Grand Prix." Une décision qui va écarter Ecclestone des postes à responsabilité, notamment au Conseil mondial de la FIA, l'instance suprême des sports mécaniques : "J'en doute. Tout d'abord, il faut que j'en parle à Jean Todt." En attendant, c'est le président de Liberty Media, Chase Carey, qui prend la place d'Ecclestone. Le roi est mort, vive le roi.

Ross Brawn aux commandes

En parallèle de cette annonce, le nouveau président de la discipline Chase Carey a annoncé que Ross Brawn prendrait les rênes de la Formule 1, mais aussi que Sean Bratches aurait un rôle similaire pour la partie commerciale de la discipline.

Lire aussi:

"C'est fantastique de revenir dans le monde de la Formule 1", s'est enthousiasmé Ross Brawn. Celui qui a été consultant pour Liberty Media poursuit : "J'ai aimé faire cela ces derniers mois et je suis impatient de travailler avec Chase, Sean et le reste de l'équipe Formule 1 pour aider à l'évolution de la discipline."

Selon lui, c'est le début d'une nouvelle ère pour la Formule 1 moderne. "Nous avons une opportunité presque sans précédent de travailler ensemble avec les équipes et les promoteurs afin de rendre la F1 meilleure pour eux et, de façon plus importante, pour les fans."

Chase Carey ne cache pas ses espoirs de l'arrivée de Ross Brawn à un poste clé. "Je suis ravi de saluer le retour de Ross en Formule 1. Lors de ses 40 années dans la discipline, il a amené sa touche de magie dans chacune des équipes avec lesquelles il a travaillé ; il a une connaissance technique, une expérience et des relations presque sans précédent, et j'ai déjà grandement profité de ses conseils et de son expertise."

Concernant Sean Bratches, il déclare, en détaillant un peu son parcours : "Je suis ravi que Sean rejoigne la Formule 1. Sean a joué un rôle moteur dans l'avènement d'ESPN comme l'une des plus grandes franchises de sport au monde."

Nouveau règlement, nouveaux dirigeants... La Formule 1 livrée 2017 s'annonce d'ores et déjà bien différente de celle que l'on a connue en 2016. Excitant, n'est-ce pas ?

Lire aussi:

Source: Motorsport.com

Liberty Media place Ross Brawn à la tête de la Formule 1