Contesté, Elon Musk persiste et signe. Camion, bus et pick-up seront produits.

Elon Musk a au moins un point commun avec Donald Trump : une grande partie de sa communication passe par l’intermédiaire de Twitter, que cela soit pour annoncer de bonnes comme de mauvaises nouvelles. C’est ainsi qu’on a appris que "la présentation du camion semi-remorque Tesla aura lieu en septembre. L’équipe a fait un travail impressionnant. C’est vraiment du très haut niveau."

Et le grand patron de Tesla d’annoncer également qu’un pick-up serait présenté dans les 18 à 24 mois. Un modèle qui se doit d’être présent au catalogue du constructeur, tant les Américains sont friands de camionnettes à plateau.

On le sait, Tesla a dépassé ces derniers jours les deux premiers constructeurs automobiles américains (General Motors et Ford) en termes de capitalisation boursière. Du coup, jeudi dernier, l’action Tesla progressait de 2,47 % à 304,25 $, soit une capitalisation boursière de près de 50 milliards $ ! Tesla n’a plus qu’à passer de constructeur de niche à producteur en série. Ce qui est loin d’être gagné…

Lire aussi : Tesla dépasse General Motors en bourse et devient n°1 !

En quête de "pros" de la gouvernance 

En outre, c’est ce moment clé qu’on choisit cinq grands investisseurs pour contester la gouvernance actuelle du groupe, selon eux trop cadenassée par son président et fondateur. Ceux-ci exigent du coup de Tesla la nomination de deux administrateurs indépendants "qui n’ont ni relations personnelles ni professionnelles passées avec Elon Musk" au sein du Conseil d’administration.

Actuellement, le Conseil d’administration de Tesla est composé de Kimbal Musk (frère d’Elon), Antonio Gracias (actionnaire et membre du CA de SpaceX), Brad Buss (ancien directeur financier de SolarCity), Steve Jurvetson (financier et membre du CA de SpaceX), Ira Ehrenpreis (investisseur dans SpaceX) et de Robyn Denholm (numéro 2 du groupe australien de télécoms Telstra). À noter que SpaceX et SolarCity sont sont deux sociétés qui ont été fondées par Elon Musk.

Le groupe d’investisseurs, qui gère quelque 721 milliards $ d’actifs, réclame une réponse à sa requête d’ici le 24 avril. Selon lui, Tesla fait face à "différents risques inhérents à l’exécution de sa stratégie, y compris la résolution de défis liés à la production, à l’intégration de SolarCity et à la concurrence accrue des constructeurs automobiles traditionnels". Il souhaite également qu’à l’avenir, tous les membres du conseil soient soumis à une réélection annuelle, une pratique en cours chez la plupart des grandes entreprises américaines.