En matière de NOx, les produits français font moins bien que leurs homologues allemands.

Voici une étude qui devrait plaire aux nombreux responsables municipaux qui tentent, parfois désespérément, de sensibiliser leurs concitoyens. Menée par la société indépendante Emissions Analytics, basée en Angleterre, celle-ci établit un classement de près de 600 modèles testés en conditions réelles avec une attention particulière accordée aux émissions d’oxydes d’azote (NOx) et non au CO2, comme c’est habituellement le cas.

Le résultat est, à certains égards, particulièrement interpellant. En effet, sur les 333 modèles roulant au diesel qui ont été testés, seuls quinze ont obtenu une note maximale, et tous sont les produits de marques allemandes, dont onze Volkswagen ! De quoi tempérer quelque peu le scandal du Dieselgate.

La note est fixée sur une échelle allant de A à H. Et si les automobiles allemandes s’en sortent honorablement, les françaises ont par contre du mal à sortir de la moyenne. C’est ainsi que la meilleure note (un D) a été décrochée par la Peugeot 308 2 litres HDI (modèle de 2015) ainsi que par les Citroën C4 Cactus 1,6 litres HDI (2014) et DS5 1,6 litres HDI (2014). Renault, par contre, n’est pas parvenu à faire mieux qu’un F avec son Captur 1,5 DCI (2013), ce qui signifie que ce modèle dépasse 6 à 8 fois la limite fixée par la norme Euro 6 actuellement en vigueur !

Lire aussi : Le diesel poursuit sa lente mais inexorable chute

Globalement, les modèles équipés de moteurs à essence font mieux. En effet, sur 208 véhicules testés, 191 décrochent un A. Emissions Analytics précise également que le constat est identique que les véhicules soient équipés de deux ou de quatre roues motrices. Un des membres de l’équipe d’analystes a ainsi déclaré que "contrairement aux idées reçues, les véhicules dotés de quatre roues motrices ne sont pas nécessairement plus polluants que ceux à deux roues motrices, tandis que les véhicules diesel n’émettent pas obligatoirement plus de NOx que les véhicules à essence".