Comment la technologie a évolué en 27 ans dans le championnat DTM…

Le DTM - Deutsche Tourenwagen Masters - fait figure de référence dans le domaine des championnats de Supertourisme dans le monde. S'il n'est à la base qu'un championnat centré sur l'Allemagne, son extraordinaire popularité auprès des fans (et donc les revenus qu'il génère) en ont fait une vitrine technologique de premier plan pour trois des grands constructeurs allemands, Audi, BMW et Mercedes, qui se disputent le titre tous les ans.

Mêmes si les acteurs de la série ont mis en place une série de mesures visant à réduire les coûts depuis quelques années, des moyens qui restent considérables sont injectés dans la conception et le développement des voitures (Audi RS5 DTM, BMW M4 DTM et Mercedes C63 DTM) et le paddock du DTM n'a pas grand-chose à envier à celui de la F1.

Lire aussi:

Naturellement, les voitures ont considérablement évolué depuis le lancement de la discipline il y a plus de trente ans - de 1984 à 1996, le championnat était disputé sous l'appellation Deutsche Tourenwagen Meisterschaft avant une tentative de championnat mondial, puis un retour aux bases allemandes depuis 2000 sous l'appellation Deutsche Tourenwagen Masters -, et l'on saisit la portée du temps passé avec cette "confrontation" entre deux modèles phare de Mercedes en DTM : la 190E 2.5-16 Evo de la saison 1990 et la Mercedes-AMG C63 alignée cette saison par la marque à l'étoile.

Mercedes DTM Cars

Deux philosophies différentes

Différence de taille : les voitures DTM des années 90 étaient basées sur la version de route, alors que les DTM actuelles sont développées exclusivement pour la course sur la base d'un châssis monocoque commun introduisant la fibre de carbone associée à une structure tubulaire.

Les temps ont bien changé sous le capot également. La 190E 2.5-16 Evo disposait d'un quatre cylindres de 2,5 litres développant environ 360 chevaux, alors que l'actuelle Mercedes-AMG C63 DTM est équipée d'un V8 de quatre litres de cylindrée, dont la puissance a été portée cette saison à 500 chevaux (50 unités de plus que l'an passé).

Sur le circuit de Vallelunga, Maro Engel (pilote DTM et GT pour la marque allemande) et Karl Wendlinger (ancien pilote de F1 mais aussi de voitures de sport) ont eu l'opportunité de confronter les deux modèles sur le circuit de Vallelunga.

Mercedes DTM Cars
Mercedes DTM Cars

Si les performances impressionnantes de la C63 d'aujourd'hui requièrent une attention particulière de la part du pilote, la 190E, quoique moins rapide, nécessite un certain savoir-faire pour la manipulation de la boîte en H, sans oublier l'incontournable talon-pointe au rétrogradage. Deux philosophies différentes, pour deux époques radicalement opposées.

Autres temps… On notera que c'est un pilote Mercedes, l'Autrichien Lucas Auer, qui occupe la tête du championnat après quatre courses lors de cette saison de DTM.

Faites partie de quelque chose de grand