La convergence de la fiscalité entre essence et diesel a été confirmée.

Ça sent pas bon pour le diesel. Alors que les ventes de véhicules diesel continue de décliner chaque mois, et que celles roulant à l'essence continuent au contraire de progresser, le gouvernement a fait une annonce ces derniers jours qui va encore dans le sens de la disparition du diesel. Le Premier ministre Édouard Philippe a en effet annoncé la convergence entre la fiscalité du diesel et de l'essence. Et ce d'ici la fin de la mandature, c'est-à-dire en 2022, comme l'avait annoncé le candidat Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle : "Durant le quinquennat, je fais la convergence totale entre le diesel et l'essence, donc chaque année, j'augmente un peu la fiscalité sur le diesel pour qu'elle rejoigne en fin de quinquennat celle sur l'essence." 

Lire aussi:

Déjà le 23 juin, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, avait annoncé sa volonté d'agir vite dans ce sens, d'aligner la fiscalité du diesel, qui depuis longtemps a été très avantageuse, sur celle de l'essence. Il n'avait pas hésité non plus à exprimer ses regrets quant au fait que "les Français ont été incités" pendant des années à acheter "des véhicules polluants".

Alors que le diesel est pointé du doigt depuis des années pour ses risques de pollution aux particules fines; sa fiscalité devrait donc augmenter régulièrement sur les prochaines années, le rendant évidemment moins attractif. Et donc détourner les consommateurs vers les véhicules plus propres, hybrides, voire 100% électriques.De quoi faire écho à l'annonce de Nicolas Hulot de supprimer la vente de véhicules diesel et essence d'ici 2040 !

Lire aussi:

Faites partie de quelque chose de grand