Pourtant, le pilote anglais en a vu d'autres !

Le Britannique a battu le record de pole positions de Michael Schumacher avec la Mercedes W08 et remporté neuf courses pour coiffer sa quatrième couronne mondiale, tout en ayant longtemps été derrière Sebastian Vettel au classement, quand la marque à l'étoile peinait à débloquer de façon constante le potentiel de la voiture.

La W08 était agressive avec les pneus lors de la première partie de l'année, et particulièrement problématique avec les nouvelles gommes ultratendres de Pirelli, et elle avait également conservé quelques unes des faiblesses des machines précédentes sur les circuits à basse vitesse.

Lire aussi :

Quand il lui est demandé s'il avait piloté une voiture aussi difficile à comprendre que la W08 au cours de sa carrière, Hamilton a répondu : "C'est la plus difficile. Certains des problèmes que nous avons eu sont avec nous depuis des années et nous avons juste réalisé qu'il fallait vraiment faire quelque chose."

"Une nouvelle voiture, à une échelle plus large, accentue le problème, je pense. Une dynamique pneumatique différente, elle a été la plus dure de ce côté-là. 2008 [était] difficile aussi. 2009 c'était horrible. C'est une super voiture, mais il était compliqué de la faire fonctionner."

L'appétit de la voiture pour les pneus arrière en particulier a rendu son fonctionnement compliqué et Hamilton explique que les pilotes étaient souvent sur le fil du rasoir au niveau de l'équilibre entre sous-virage et survirage pour extraire le potentiel de la monoplace.

"Souvent, pour avoir ce potentiel supplémentaire, il fallait un petit peu surconduire, mais c'est un équilibre fin quand on entre dans cette zone. Cette année, les gens ont dit que nous avions la meilleure voiture, et assurément elle était bonne, mais il y avait des problèmes fondamentaux et j'ai dû me battre pour les surmonter. Je pense que dans ces moments, j'ai été capable d'extraire plus que ce qu'elle était disposée à faire et c'est positif."

Lire aussi :

Hamilton a gagné six des huit courses entre Silverstone et Austin pour prendre le contrôle du championnat, une phase de la saison lors de laquelle son équipier Valtteri Bottas a admis avoir eu du mal à piloter la voiture de façon constante.

Le numéro 44 estime que sa capacité à "extraire les dernières gouttes là où personne d'autre ne le peut" est "ce qui fait [sa] valeur".

"Souvent, si vous prenez la mauvaise direction [au niveau des réglages], vous ne comprenez même pas le potentiel de la voiture, la voiture ne va simplement pas vous permettre d'en tirer le maximum. Comprendre la voiture m'a vraiment permis d'en tirer le potentiel, et un petit peu plus, donc même lors des courses où nous avions du mal, je suis reparti avec plus que ce que j'espérais."

Source: Motorsport.com