Reste maintenant à proposer l'idée au LMP1...

Ce concept a précédemment été proposé à la fin des années 2000, lorsque la FIA a chargé Ricardo, un cabinet britannique d'expertise en ingénierie, d'analyser le potentiel d'une réglementation commune visant à créer un moteur de base dont l'usage pourrait être adapté dans pas moins de 11 championnats majeurs à travers le monde.

Ce rapport de 2009 suggérait que des championnats allant de la F1 à l'Endurance en passant par les formules de promotion, l'IndyCar, le rallye et les voitures de tourisme utilisent des versions différentes du même moteur, mais le projet est tombé à l'eau, les parties prenantes craignant qu'il s'avère trop coûteux et difficile à mettre en œuvre.

Mais avec l'énorme investissement requis pour produire des moteurs selon la réglementation hybride actuelle en Formule 1, Jean Todt suggère que ce concept pourrait s'avérer attirant.

"Ce que nous devrions nous demander, qui n'est pas facile, c'est probablement si nous pourrions utiliser ce moteur dans d'autres catégories du sport automobile", déclare Todt. "Actuellement, chaque catégorie de sport auto a sa propre réglementation, donc nous devrions sûrement essayer de voir si nous pouvons avoir des synergies."

Le LMP1 en candidat idéal

Todt désigne la catégorie LMP1 du WEC comme un candidat au partage d'une réglementation moteur avec la Formule 1. Cette dernière s'étant dirigée vers des moteurs à la durée de vie plus longue, cela aurait du sens selon lui d'utiliser cette technologie en Endurance.

"Nous avons le championnat d'Endurance avec le LMP1", ajoute-t-il. "Nous avons des moteurs complètement différents, donc cela aurait du sens d'envisager un avenir qui utilise cette synergie – qui couvre justement le même type de kilométrage – pour le championnat d'Endurance."

Le WEC évalue actuellement ses options pour l'avenir, réagissant au départ de Porsche et d'Audi du LMP1. Bien qu'il ait été suggéré de se diriger vers un style plus proche des voitures de route, un changement majeur de philosophie au niveau du moteur est considéré comme peu probable, puisque la stabilité de la réglementation a été promise aux équipes privées.

Selon les informations de Motorsport.com, l'idée émise par Todt n'a pas encore été formellement proposée aux écuries de LMP1.

La dernière tentative d'un partage de technologie moteur entre la Formule 1 et la catégorie reine de l'Endurance s'était mal terminée. Lorsque les Groupe C ont adopté les moteurs 3,5l des F1, la disparition du Championnat du monde des Voitures de sport en a tout simplement découlé à l'aube de la saison 1993.

Source: Motorsport.com