L'idée de récompenser les bons conducteurs de nouveaux sur la table.

Comme vous n'êtes maintenant plus sans le savoir, le Gouvernement, par l'intermédiaire de son Premier Ministre, Edouard Philippe, a annoncé la diminution de la vitesse sur les axes secondaires de 90 à 80 km/h. Une mesure parmi 18 qui ont été retenues par le Conseil Interministériel de Sécurité Routière qui s'est tenu le mardi 9 janvier 2018. Si les mesures liées à la répression sont majoritairement ressorties dans la presse, certaines concernent également la formation et la prévention. Est-ce simplement une manière de montrer que le Gouvernement n'a pas simplement l'intention d'adopter des mesures répressives ?

Lire aussi :

Dans tous les cas, Edouard Philippe s'est déclaré en la faveur d'une récompense visant les bons conducteurs, c'est-à-dire ceux étant titulaires de leurs 12 points sur le permis de conduire, soit 80% des conducteurs en France. Dans son discours, le Premier Ministre rappelle néanmoins que bien se comporter sur la route est normal. Le Gouvernement est bien conscient que l'idée de récompenser ces bons conducteurs pourrait déplaire. Pour lui, il s'agirait de "motiver le plus grand nombre à adopter ou à conserver un comportement responsable".

Lire aussi :

Mais comment pourrait-on récompenser les bons conducteurs ? En leur reversant une partie des recettes liées aux infractions des autres usagers via une diminution d'impôts ? Difficile à concevoir. Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, a annoncé ce matin à nos confrères de chez RTL qu'il y avait plusieurs possibilité : "Dans certains pays, l'Italie ou l'Espagne par exemple, les bons conducteurs peuvent avoir entre 13 et 14 points sur leur permis de conduire." Il s'agirait, en outre, d'une sorte de sursis pour les bons conducteurs.

Source : RTL