Le froid n'est pas resté sans conséquences sur les routes françaises.

Ca y est, le printemps est enfin là, du moins officiellement... L'hiver part sur la pointe des pieds, mais le froid de cette première saison de 2018 aura laissé des traces. Comme toujours, il crée de nombreux trous dans les routes. Seulement voilà, la situation est plus grave cette année, notamment à cause de la fameuse vague de froid "Moscou-Paris".

Lire aussi:

Si l'hiver accélère la formation des nids-de-poule depuis la création même du bitume, il faut aujourd'hui ajouter à cela un manque criant de moyens budgétaires pour réparer ces dégâts. Dans certaines régions françaises, nombreux sont les habitants à constater que les trous sont plus nombreux que jamais !

Concrètement, le phénomène est simple à comprendre : l'eau infiltrée sous les routes prend du volume à cause du froid, puisqu'elle se met à geler. Inévitablement, l'asphalte s'en retrouve fragilisé. Il se soulève peu à peu et lorsque le dégel survient et que les véhicules passent à ces endroits, les nids-de-poule se créent.

Nid de poule

Le périphérique parisien fait décidément parler de lui en ce moment, puisqu'il est particulièrement touché par le phénomène cette année. Plusieurs médias rapportent que des équipes spéciales, sous protection policière afin d'éviter tout danger, interviennent presque quotidiennement en ce moment, afin de réparer les trous creusés dans le bitume.

La situation n'est évidemment pas plus brillante partout ailleurs, mais les moyens manquent cruellement. Les dotations de l'État ont baissé et, clairement, les budgets ne sont plus suffisants pour pallier à ce genre de situation. Le réseau routier n'a jamais disposé d'aussi peu de moyens et, à ce rythme, la qualité des routes françaises risque bien de n'être plus qu'un lointain souvenir...