Faire baisser la température va faire augmenter les prix !

Alors que les climatisations de nos, de vos voitures tournent à plein régime, rendant bien moins pénibles les trajets en voiture sous ces températures estivales, voilà qui risque de refroidir plus d'un automobiliste. Pour ne pas dire "leur donner un coup de chaud" ! On apprend en effet que les climatisations sont dans le viseur de l'Union européenne. Et que les prix risquent d'exploser prochainement !

Lire aussi:

Alors pourquoi l'UE veut-elle absolument nous faire suer ? Pour la simple et bonne raison que le gaz qui est utilisé dans les climatisations automobiles notamment, le R134a, est très polluant. Trop polluant. Pour ne pas dire extrêmement polluant. Et que du coup, les instances européennes souhaitent l'interdire purement et simplement d'ici 2030. Comment ? En l'excluant petit à petit de nos voitures, en faisant baisser les quotas de production de ce gaz réfrigérant. Une raréfaction qui va mécaniquement faire augmenter les prix !

Présent dans la quasi-totalité des voitures équipées de climatisations, le R134a est 1300 fois plus polluant que le CO2. Alors le gaz à effet de serre en question n'est pas censé se retrouver à l'air libre. Si ce n'est qu'un accident ou une fuite et c'est notre atmosphère qui en pâtit. 

Les prix d'entretien des climatisations devraient donc augmenter. D'aucuns parlent déjà de la rentrée de septembre 2018. Pour rappel, une recharge de gaz coûte environ 70 € (les professionnels conseillent de le changer une fois par an), tandis qu'un entretien complet d'un système de climatisation coûte environ 110 € (à faire tous les deux ans).

Si un gaz moins polluant existe déjà sur le marché, le R1234YF, il n'est pas compatible avec les systèmes de climatisation fonctionnant au R134a. En tout cas un conseil, c'est sans doute le moment de laisser votre voiture au garage pour faire l'entretien de votre climatisation, avant que ce soit encore plus cher !