C'est en tout cas l'une des volontés d'Anne Hidalgo, du moins si elle brigue un nouveau mandat.

La Ville de Paris, sous l'impulsion d'Anne Hidalgo, tire un bilan positif de la piétonnisation de la rive droite, mais aussi de son opération "journée sans voiture" qui a eu lieu le dimanche 7 octobre dernier. Comme de nombreux autres maires de capitales européennes, Anne Hidalgo rêve d'un Paris sans voiture, une volonté qui va de paire avec son ambition de réduire drastiquement la pollution. Si certaines de ses décisions ont longtemps été jugées "extrêmes" et sans transition, la nouvelle mesure qu'elle souhaite instaurer devrait moins faire de bruit, du moins pour le moment.

En effet, la maire de Paris n'a visiblement pas envie d'allumer une nouvelle polémique, surtout dans le contexte actuel. Pour le moment, elle propose d'étendre la mesure de piétonnisation dans les quatre arrondissements centraux à tous les dimanches d’ici la fin de l’année 2019. Évidemment, il s'agirait d'un premier pas vers une interdiction définitive. "Les maires du IVe et du IIIe m’ont proposé de piétonniser le cœur de Paris et de mettre en place des navettes autonomes pour relier les quatre arrondissements centraux. J’ai décidé de faire étudier cette proposition", a précisé Anne Hidalgo en marge du Conseil de Paris en évoquant également un "fort soutien des habitants".

Quelles alternatives pour remplacer les voitures ? Les transports en commun sûrement, mais ceux-ci auront sans doute bien du mal à supporter une hausse croissante de la fréquentation. De ce fait, l'idée de la création d'une navette "Mobile centre" a fait son petit bonhomme de chemin. Bien évidemment, de grands axes traversent les quartiers en question. On pense notamment à la rue de Rivoli. De ce fait, la circulation serait reportée sur d'autres axes, souvent eux aussi bien encombrés, ce qui augmenterait l'encombrement mais aussi la pollution, à l'image de ce qu'une étude avait souligné après la piétonnisation des voies sur berges.

"Je suis favorable à une extension de la piétonnisation tous les dimanches dans un délai rapide. Mais il n’est pas question de muséifier le centre de Paris en bannissant brutalement toutes les voitures de ce périmètre. Et encore moins de transformer le cœur historique de la capitale en une réserve de bobos. Il est indispensable de préserver la vie commerciale et la convivialité de nos quartiers. Il faut donc y aller par étapes et accompagner cette mesure par des alternatives en matière de transports en commun." précise Pierre Aidenbaum, maire du IIIarrondissement.

Dans tous les cas, la piétonnisation du centre historique de Paris n'est pas pour demain. Il s'agit d'une volonté d'Anne Hidalgo, certes, mais elle prévoirait de mettre en place un tel processus uniquement si elle brigue un nouveau mandat suite aux élections municipales de 2020. Avant que le centre devienne entièrement piéton tous les jours de la semaine, il se pourrait qu'il devienne piéton dans un premier temps tous les dimanches contre seulement un dimanche par mois pour le moment. Doucement mais sûrement comme on dit.