Ce rappel ne concerne que les voitures vendues en Amérique du Nord.

Takata est un équipementier japonais fondé en 1933. En 2014, alors que tout souriait au fabricant japonais, un défaut majeur a été identifié par les autorités. Plus d'une vingtaine de personnes sont décédées à cause des airbags défectueux de Takata, et on compte plus de 300 blessés. Il n'aura pas fallu très longtemps pour que l'entreprise japonaise plonge dans le noir, et en juin 2017, Takata a mis la clé sous la porte. Il a été racheté par la suite par KSS en 2018.

Les constructeurs automobiles ont alors commencé à rappeler leurs voitures dans les quatre coins du monde afin de retirer les airbags Takata. Selon les autorités américaines, Takata a dissimulé un problème grave et sérieux aux fabricants automobiles. En effet, les airbags Takata peuvent éclater (sans raison) et projeter des fragments susceptibles de blesser les occupants à bord d'un véhicule. 

En ce début d'année, Toyota est contraint de rappeler 1,7 million de véhicules en Amérique du Nord. Le constructeur japonais préfère retirer les airbags défectueux de Takata, ou de remplacer le gonfleur d'airbag pour minimiser les risques. Ce rappel concerne plusieurs modèles qui ne sont pas tous vendus chez nous. Voici la liste complète : 

  • 4Runner (2010-2016)
  • Corolla et Matrix (2010-2013)
  • Sienna (2011-2014)
  • Lexus ES 350 (2010-2012)
  • Lexus GX 460 (2010-2017)
  • Lexus IS 250C et 350 C (2010-2015)
  • Lexus IS 250 et 350 (2010-2013)
  • Lexus IS-F (2010-2014).
  • Scion XB (2010-2015)

Au mois de novembre 2018, Toyota avait déjà rappelé 1,6 million de véhicules dans le monde pour un problème lié aux airbags. En France, la marque a fait savoir que moins de 100 000 véhicules devraient passer dans ses ateliers. Il est probable que dans le futur, Toyota (ou d'autres constructeurs automobiles) lance un ou des rappels à cause des airbags signés Takata.

'